Sondage

L’électorat PDC tranchera sur la sortie du nucléaire

L’initiative des Verts «Pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire» est bien accueillie, avec 57% d’opinions favorables. Verdict final le 27 novembre

Et si la Suisse fermait toutes ses centrales nucléaires à l’horizon 2029? C’est ce que proposent les Verts dans une initiative soumise au peuple le 27 novembre. Et le premier sondage de l’institut de recherche gfs.bern, réalisé pour le compte de la SSR, montre que le résultat final pourrait être serré. En l’état, 57% des votants acceptent l’idée et 36% la rejettent. La tradition veut que les initiatives perdent du terrain à l’approche de la votation. Et le sondage ne donne aucune indication sur l’indispensable majorité des cantons.

En comparaison, une autre initiative des Verts, celle en faveur d’une économie verte, recueillait 61% d’avis favorable au premier sondage. Elle a finalement été rejetée en septembre dernier par 63,6% des voix et seul le canton de Genève l’a acceptée.

La base du PDC est divisée

Ce qui est intéressant à relever dans le cadre de l’initiative «Pour la sortie programmée du nucléaire», ce sont les tendances par partis. L’électorat de gauche y est clairement favorable, l’électorat du PLR et de l’UDC clairement défavorable. Au PDC par contre, la base est divisée. 58% des sondés votant habituellement pour le Parti démocrate-chrétien approuvent l’initiative, contre 35% qui s’y opposent. Assistera-t-on à une division entre la base et ses représentants à Berne? Au Parlement, le groupe PDC a rejeté l’initiative à l’unanimité. De même que la présidence du parti.

L’institut gfs.bern note également que l’électorat féminin est plus réceptif à l’initiative que l’électorat masculin. L’approbation est aussi plus forte en Suisse romande (64%) qu’en Suisse allemande (55%).

Un autre sondage, publié ce vendredi par Tamedia et réalisé sur la base des réponses d’internautes, affiche une tendance similaire, avec 55% de «oui» et 43% de «non». Les mêmes différences linguistiques sont constatées, de même que la division au sein de l’électorat PDC.

Contrairement à la Stratégie énergétique 2050, qui veut en finir avec le nucléaire mais sans fixer de date pour l’arrêt des centrales, l’initiative des Verts estime qu’après 45 ans d’exploitation, un site doit être fermé pour des raisons de sécurité. Les milieux économiques, le Conseil fédéral et la droite y sont opposés car ils ne veulent pas d’une sortie précipitée du nucléaire. Si l’initiative était acceptée, Beznau I devrait fermer l’an prochain déjà. Vendredi à Berne, un comité de l’économie, composé essentiellement d’entreprises actives dans les énergies renouvelables, a cependant présenté des arguments favorables à cette date butoir, estimant qu’il faut y voir une opportunité pour l’économie suisse.

Publicité