A l’approche de la votation sur l’initiative contre l’élevage intensif, les débats se focalisent sur le bien-être animal. Un domaine éthique, presque philosophique, où chacun définit ce qu’il considère comme acceptable pour les animaux. Mais le texte, qui demande que toutes les exploitations se plient à certaines exigences de Bio Suisse, comporte indirectement un autre volet, plus pragmatique et moins discuté: l’impact environnemental de la production de viande.