Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d’illustration. Neuchâtel, en 2015.
© Keystone

Neuchâtel

L'Etat de Neuchâtel est placé devant un gouffre financier

La détérioration des comptes s’élève à près de 60 millions de francs, annonce le canton. La chute brutale de l’impôt direct des sociétés en serait la cause. «Une situation grave», juge le gouvernement

Les prévisions pour les comptes 2016 de l’Etat de Neuchâtel sont très mauvaises. Au lieu du déficit de 14,4 millions de francs, le canton pourrait se retrouver avec un excédent de charges de 74,1 millions de francs. Ce mauvais résultat s’explique par la chute brutale de l’impôt direct des sociétés.

La détérioration des comptes s’élève ainsi à près de 60 millions de francs, a annoncé vendredi le canton de Neuchâtel. Pour le Conseil d’Etat, il s’agit d’une situation extrêmement préoccupante et grave qui appelle une «réponse déterminée».

Placé devant ce gouffre financier, le gouvernement neuchâtelois souligne l’importance et surtout l’urgence de concrétiser le plan d’austérité présenté en fin d’année au Grand Conseil. Cet appel est lancé à trois semaines des élections cantonales.

Chute des rentrées fiscales

Cette dégradation est liée au climat économique, avance le Conseil d’Etat. Le canton de Neuchâtel est confronté à un recul des rentrées fiscales, en particulier celles qui proviennent des personnes morales, inférieures au budget pour 55 millions de francs.

La participation au produit de l’impôt fédéral direct régresse de 3,7 millions de francs par rapport au budget. Les revenus et la fortune des personnes physiques ne sont inférieurs aux prévisions que de 1,3 million grâce aux revenus de près de 20 millions de l’amnistie fiscale.

Les charges relevant entièrement de la compétence de l’Etat sont maîtrisées. Les investissements nets se montent à près de 47 millions de francs, un niveau proche des prévisions.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a