La NZZ et le Tages Anzeiger publient ce matin la première des extraits, et le second l’intégralité de la lettre du Premier ministre libyen, datée du 26 août, et qui selon les services de Hans-Rudolf Merz promettait le retour des deux otages suisses avant la fin août.

Verbatim

Un paragraphe est consacré à la situation des deux otages: «Nous prévoyons que les procédures seront terminées sous quelques jours. En nous fondant sur le cours normal des choses, dans des situations semblables, nous croyons («we believe»)que leur cas devrait être décidé très vite et qu’ils pourront quitter la Libye avant la fin de ce mois»

«Pasde promesse à 100%»

Les membres des commissions de politique extérieures du Parlement ont pris connaissance de cette lettre ce matin. Celle-ci peut être interprétée, comme l’a fait Hans-Rudolf Merz, comme une promesse que les otages pouvaient quitter la Libye avant fin août, selon Geri Müller. Mais il n’y a jamais de promesse à 100%, a ajouté le président de la commission du National. Et d’ajouter que la procédure continue et qu’il ne sert à rien de débattre maintenant sur les termes exacts de la lettre. Par contre, ce serait «bête» qu’un procès contre les deux Suisses retenus à Tripoli ait lieu, selon lui.

Présents, les conseillers fédéraux Hans-Rudolf Merz et Micheline Calmy-Rey n’ont pas fait de commentaire à leur sortie de la séance. Les deux ministres ont répondus aux questions des parlementaires, dont certains ont relevé que la patience de la Suisse a atteint ses limites, a indiqué Geri Müller à la presse.

Ce dernier a encore souligné que la communication entre les deux pays passe actuellement par des hauts et des bas mais que la Suisse n’est pas le seul pays à être confronté à ce genre de situation. Et d’espérer un déblocage ces prochains jours.