L’été politique vaudois s’annonce faussement calme. Peut-être ressemble-t-il au fond à ces deux notes lancinantes qui indiquent l’ondulation des requins dans un film fameux. Car, au-dessous du Léman plat, se jouent peu à peu les scénarios des élections cantonales du printemps 2022. Les écologistes racontent pour l’instant la placidité et la patience. Les socialistes la continuité. Mais c’est la situation dans laquelle s’est mis le PLR qui pose question: quelle ambition, et pour quels candidats? Cette hypothèse d’un PLR en danger rebat les cartes: si un siège est à prendre, la bataille attirera tous les partis, et elle sera sans merci.