Depuis quelques semaines, l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) doit mettre les bouchées doubles, voire triples, pour gérer l’afflux de réfugiés ukrainiens dans le canton. Près de 1800 d’entre eux se sont déjà annoncés au service, 4000 autres sont attendus d’ici la fin du printemps. Pour tenir debout, l’EVAM a augmenté son personnel d’une cinquantaine de personnes. Ce qui n’empêche pas certains bénévoles d’observer un «débordement» de l’organe.