L’Homme assis appuyé sur une canne est à nouveau à la libre disposition de son propriétaire. Le Ministère public genevois a levé lundi le séquestre sur ce chef-d’œuvre de Modigliani, a appris Le Temps. Le tableau avait été saisi lors d’une perquisition menée aux Ports francs de Genève le 8 avril dernier.

L’affaire avait fait grand bruit. Propriété de la société offshore International Art Center (IAC), dont l’ayant droit, le collectionneur d’art David Nahmad, a été révélé par les «Panama papers», le tableau était soupçonné avoir été spolié par les nazis. Le Parquet genevois avait jugé bon d’ouvrir une procédure suite à ces révélations. Mais l’enquête, diligentée par le procureur Claudio Mascotto, est désormais classée: «Les vérifications ont été effectuées et les soupçons ne se sont pas confirmés», atteste Henri Della Casa, porte-parole du Ministère public genevois. Contacté, l’avocat du collectionneur, Rodolphe Gautier, n’a pas souhaité faire d’autres commentaires.

Lire aussi: Un Modigliani séquestré aux Ports francs

Reste maintenant le volet civil de l’affaire, qui se jouera aux Etats-Unis. Evaluée à 25 millions de dollars, la toile est revendiquée depuis 2011 par la société canadienne Mondex Corp, spécialisée dans la traque d’objets spoliés. Agissant pour le compte d’un agriculteur français, celle-ci affirme que le tableau aurait été spolié par les nazis à son grand-père pendant la deuxième guerre mondiale.

De son côté, David Nahmad a fait valoir que «ce Modigliani a été adjugé le 25 juin 1996 à Londres pour un montant de 1,9 million de livres sterling, au su et au vu de tout le monde, lors d’enchères publiques organisées par Christie’s». Depuis son acquisition, le tableau a été exposé dans de nombreux endroits, notamment au Musée d’art moderne de Lugano en 1999, à la Royal Academy of Arts de Londres en 2006 ainsi que dans les galeries londonienne et new-yorkaise de la famille Nahmad, sans qu’aucun indice ne laisse supposer une spoliation pendant la guerre. Et pour l’heure, la justice américaine n’a rien trouvé de répréhensible.