La rumeur courait depuis plusieurs mois: l’évêque de Bâle et ex-président de la Conférence des évêques suisses, Mgr Kurt Koch, était pressenti pour devenir le responsable de l’un des plus importants dicastères du Vatican, à savoir celui du dialogue œcuménique entre les chrétiens. Dans un communiqué publié mercredi sur le site internet du diocèse de Bâle, l’évêque a annoncé sa nomination à ce poste par le pape Benoît XVI. Il succède ainsi au cardinal allemand démissionnaire Walter Kasper, âgé de 77 ans. Selon toute vraisemblance, il devrait être créé lui-même cardinal lors d’un prochain consistoire.

Mgr Kurt Koch prend ses nouvelles fonctions dès aujourd’hui. De fait, il se trouve déjà à Rome, et n’était pas joignable hier au téléphone. Le siège épiscopal de Bâle est donc vacant à compter de ce jour. Cependant, Mgr Kurt Koch reste l’administrateur du diocèse de Bâle jusqu’à l’entrée en fonction de son successeur, une fois que celui-ci aura été nommé par le pape. Il s’y rendra donc encore afin de régler des affaires en cours.

Agé de 60 ans, Mgr Kurt Koch est resté presque quinze ans à la tête du plus grand diocèse de Suisse, qui compte dix cantons. Dans son communiqué, il laisse entendre que sa tâche d’évêque devenait de plus en plus lourde, et considère sa nomination comme «une circonstance favorable pour qu’un nouvel évêque puisse prendre en charge cette grande responsabilité avec des forces neuves».

«Climat anti-romain»

En tant que président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, Kurt Koch espère notamment pouvoir contribuer à établir de meilleures relations entre les Eglises locales en Suisse et à Rome. Il fait le constat d’«un climat de plus en plus «anti-romain» en Suisse, et d’«une attitude de plus en plus distante envers le pape Benoît XVI».