Arrêté en janvier 2016 et placé en détention préventive, un ex-gérant de fortune de Credit Suisse inculpé d’escroquerie par métier, de faux dans les titres et de gestion déloyale ne sortira pas de prison avant son prochain procès devant la justice genevoise. Dans un arrêt diffusé jeudi, le Tribunal fédéral (TF) a rejeté sa demande de libération. Il subit actuellement l’exécution anticipée de sa peine.

Lire à ce sujet: Les lourdes accusations retenues contre le banquier déchu de Credit Suisse

Le premier procureur genevois Yves Bertossa a déposé son acte d’accusation le 26 juin dernier. L’ex-gérant de fortune, un Français âgé de 54 ans, sera jugé par le Tribunal correctionnel. Son procès devrait débuter le 20 novembre prochain, d'après l’arrêt diffusé jeudi par le TF. Selon les informations obtenues par Le Temps, la date du procès a finalement été fixée le 15 janvier 2018.

80 millions de francs gelés

Le quinquagénaire est accusé d’avoir détourné plus de 100 millions de francs au préjudice notamment de l’ex-premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili et de clients russes. Le montant détourné par le prévenu à son profit serait de près de 30 millions de francs.

Au total, 80 millions ont été gelés sur des comptes de tiers alimentés par le prévenu avec l’argent de Bidzina Ivanishvili et 20 millions ont été gelés sur les avoirs du prévenu, soit des comptes bancaires et des biens immobiliers.

Un risque de fuite réel

Le Temps avait révélé en juin que l’ex-gérant de fortune, qui «reconnaît 99,9% des faits», aurait déjoué le système de surveillance de Credit Suisse. L’établissement a découvert la supercherie en septembre 2015. Bidzina Ivanishvili a par ailleurs déposé une plainte pénale au début 2016 contre Credit Suisse accusant la banque de n’avoir pas pris suffisamment de mesures.

Selon l’arrêt du TF, qui confirme le refus de mise en liberté de l’accusé avant le procès, le risque de fuite est réel. Différents éléments permettent de retenir que «le recourant pourrait être tenté de se soustraire à la procédure pénale, notamment en se rendant dans son pays d’origine duquel il ne peut être extradé».

Lire également: Les confessions d’un banquier déchu accusent Credit Suisse