Le coronavirus a été fatal à un nouveau journal en Suisse. Après Le Régional, l'hebdomadaire Micro a décidé de jeter l'éponge et cessera sa parution dimanche prochain. Un dernier numéro est prévu samedi.

«La pandémie de Covid-19 a fortement impacté les clients principaux du titre: les cafés-restaurants, les cabinets médicaux, les salons de coiffure et les cafétérias. Dans ces conditions, il nous est impossible de reprendre sereinement la parution», explique l'hebdomadaire dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi. Sa publication papier est suspendue depuis le 17 mars, après les mesures de confinement édictées par le Conseil fédéral.

Pour aller plus loinLa presse romande survivra-t-elle au virus?

Pensé comme un journal à partager pour des raisons écologiques, son passage de main en main est en outre devenu «très compliqué» dans le contexte sanitaire actuel, ajoute l'association Micro, qui doit se résoudre à cesser la diffusion de l'hebdomadaire. Elle remboursera tous les abonnements souscrits en 2020 et fera deux dons de 10 000 francs chacun au journal satirique Vigousse et au média en ligne La Torche 2.0.

Pas assez d'abonnés pour garantir le futur du titre

Lancé en mai 2019 au rythme de trois éditions par semaine, Micro a réduit la voilure en début d'année pour devenir hebdomadaire. Le financement participatif de l'association Micro de 127 425 francs a permis d’assurer l’impression et la livraison du journal depuis le début. Faisant le pari de vivre uniquement grâce à ses abonnés, Micro voulait s'extraire de la «course effrénée» à l'actualité et raconter le quotidien des Romands. Il compte plus de 1000 abonnés, un nombre insuffisant pour garantir l'avenir du titre.

Lire aussi: Victime du Covid-19, «Le Régional» disparaît

Le 6 mai dernier, l'hebdomadaire local vaudois Le Régional, qui connaissait des difficultés financières, avait annoncé la cessation immédiate de sa parution, faute de liquidités, après plus de 25 ans d'existence. Le journal basé à Vevey devait déposer son bilan le 12 mai. Ses 13 collaborateurs et cinq commerciaux ont perdu leur emploi.