Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'Hotel Meydan, une propriété exclusive située à Dubaï.
© E.A

Escroqueries

L’homme qui devait plus de 200 millions de francs lutte contre son incarcération à Genève

Le promoteur de villas de luxe a été autorisé par le Tribunal des mesures de contraintes à sortir de prison, moyennant certaines garanties. Recours du Parquet genevois, qui tient à le maintenir derrière les barreaux

Le spécialiste de l’immobilier haut de gamme E. A. vient d’entamer un intense bras de fer avec le Ministère public genevois. Embastillé mercredi soir au bout du Léman, à sa sortie d’avion en provenance de Londres, le Français qui fait l’objet d’un nombre record de plaintes aurait pu sortir de prison, sur décision du Tribunal des mesures de contrainte. Moyennant certaines garanties.

Lire aussi: Un promoteur de villas de luxe a été arrêté à Genève

Le Parquet genevois a saisi la Chambre pénale de recours contre cette remise en liberté. Conséquence: dans l'attente d'un arrêt, la détention provisoire d’E.A. est maintenue. «La procédure se poursuit», résument les services de communication de la procureure Josepha Wohnrau, en charge d’une procédure pénale à l’encontre du promoteur qui s’est fait un nom en bâtissant des chalets d’exception à Megève.

Soupçonné à Genève de diverses infractions (escroqueries et faillite), E. A. aurait, de son propre aveu, construit pour plus de 3 milliards de francs de logements de prestige ces vingt dernières années. Le quinquagénaire fait l'objet de multiples reproches: escroquerie, banqueroute frauduleuse, faux dans les titres, violation aggravée de la loi sur l’impôt à la source et de l’obligation de tenir une comptabilité, etc.

Grandes tables, palaces et voitures de luxe

«Alors que n’importe quel particulier est mis en poursuite pour quelques milliers de francs, E. A. s’affichait dans les plus beaux palaces, fréquentait les meilleures tables et roulait en voitures de luxe», constate l’avocat genevois d’une banque flouée, dans les colonnes de l’hebdomadaire français Le Point. L’une des raisons de son impunité? Il n’existe pas de vrai fichier des débiteurs en Suisse.

Parmi ses dizaines, sinon des centaines de créanciers: de grandes banques internationales, comme J. Safra Sarasin (dette de près de 15 millions de francs), CIC (pour un peu moins de 17 millions), BGL BNP Paribas au Luxembourg (7 millions), ou encore BNP Paribas Suisse (plus de 17 millions d’impayés).

Alors que de nombreux plaignants lui courent après, E. A. continuait, selon Le Point, à mener une existence princière, entre Megève, le lac Léman, les bords de la Tamise, Dubaï et Miami. Le promoteur s’est entre autres illustré dans le cadre du scandale de l’Inalp, un projet immobilier (hôtel 4 étoiles, lotissement de résidences secondaires et bains thermaux) avorté à Grimentz, dans le canton du Valais. Un dossier impliquant Thierry Dubuisson, un homme d’affaires belge au parcours chaotique, connu pour être en indélicatesse avec le fisc de son pays. 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a