Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Hôpital neuchâtelois, site de Pourtalès.
© DR

Neuchâtel

L’Hôpital neuchâtelois, un patient à l’état stationnaire

L’Hôpital neuchâtelois affiche un découvert moins important que prévu. Mais une poignée de médecins ont annoncé leur démission après la votation du 12 février

Présidente du Conseil d’administration de l’Hôpital neuchâtelois (HNE), Pauline de Vos a dû jouer les psychologues à l’heure de commenter le résultat des comptes 2016, qui se soldent par un déficit de 7,5 millions de francs sur un budget d’exploitation de 325 millions, au lieu des 10 millions prévus. «C’est une excellente nouvelle, qui annonce l’amorce d’un redressement», a-elle déclaré. Un optimisme de façade pour remonter le moral des troupes, soit les 2’700 collaborateurs qui se demandent tous de quoi l’avenir sera fait. Ceux-ci avaient un projet en vue: la concentration des soins aigus à Neuchâtel et le regroupement des missions de réadaptation à La Chaux-de-Fonds. Ils n’en ont plus depuis la votation du 12 février dernier. Ce jour-là, le peuple a approuvé une initiative pour deux hôpitaux «autonomes et complémentaires».

«Le chemin du retour à l’équilibre financier sera difficile», a ajouté Pauline de Vos. Bel euphémisme pour laisser entendre que la mission est impossible, tant l’année à venir est celle de tous les dangers. Une spirale négative risque fort de s’enclencher. D’hôpital cantonal, l'HNE verra son statut revu à la baisse pour faire de la place à son frère chaux-de-fonnier. Une poignée de médecins de l'HNE ont annoncé leur départ en raison de ce manque de perspectives. Des démissions qui conduiront à une probable baisse des prestations, lesquelles se traduiront par des pertes de recettes.

Subventions élevées

Dommage, car la situation paraissait sur le point de s’améliorer. Alors que le premier semestre 2016 augurait d’un résultat «catastrophique», tout le personnel a consenti à des efforts pour redresser la barre. Au bout du compte, l'HNE a amélioré son résultat de 5 millions par rapport à 2015. C’est mieux que rien, mais l’état financier du patient HNE reste stationnaire aux soins intensifs: en touchant 67 millions de «prestations d’intérêt général» (PIG) du canton de Neuchâtel, cet établissement est l’un des hôpitaux non universitaires les plus subventionnés de Suisse. Bien sûr, ces PIG sont légitimes pour maintenir un hôpital basé sur cinq sites couvrant l’ensemble du canton, mais le Conseil d’Etat les juge trop élevées. Il aimerait les réduire à environ 40 millions dans les dix ans.

La réputation de l’Hôpital neuchâtelois a beaucoup souffert de la votation qui vient de déchirer le Haut et le Bas du canton. Relevés dans le cadre de l’enquête nationale (ANQ), les taux de satisfaction des patients le montrent à l’évidence. Très souvent, ils sont inférieurs à ceux de la moyenne nationale. «Nous devons travailler à redorer notre blason», résume Pauline de Vos. Difficile: pour parvenir à une efficience maximale, il faudrait dépolitiser le dossier hospitalier. Or, dans ce canton, celui-ci est plus politisé que jamais.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a