Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A ce jour, le dispositif hospitalier Riviera-Chablais est composé des sites suivants: Vevey Samaritain, Vevey Providence, Mottex Blonay, Montreux, Aigle et Monthey.
© CHRISTIAN BRUN/Keystone

Santé

L’Hôpital Riviera-Chablais en bref

Alors que le nouveau complexe de Rennaz sort de terre, les centres de soin de Vevey et de Monthey seront réaffectés. Résumé de la situation

Aujourd’hui

Le dispositif hospitalier Riviera-Chablais est composé des sites suivants: Vevey Samaritain, Vevey Providence, Mottex Blonay, Montreux, Aigle et Monthey. Les sites de Vevey Samaritain et de Monthey seront rénovés, tandis que les autres cesseront à terme leurs activités hospitalières. Les travaux de rénovation seront lancés lorsque l’hôpital de Rennaz ouvrira, soit le 1er juillet 2019.

Pendant la rénovation

Deux structures prendront le relais: Mottex et Vevey Providence. Elles prendront aussi en charge les patients de gériatrie qui doivent être déplacés. Mottex Blonay consolidera l’offre gériatrique. La permanence de Monthey élargira ses horaires mais n'offrira pas de soins aux enfants, qui seront pris en charge par le Centre pédiatrique pluridisciplinaire du Chablais valaisan (CPPCV).

Lire aussi: Hôpital Riviera-Chablais: la centralisation des soins régionaux se précise

Demain

Dès 2021, une fois les deux sites de Vevey Samaritain et Monthey rénovés, les deux établissements intérimaires de Vevey Providence et Mottex fermeront. A partir de là, le nouveau dispositif hospitalier régional sera effectif, réparti entre l'hôpital de Rennaz et les établissements de Vevey Samaritain et de Monthey, tous deux à la fois cliniques gériatriques et permanences.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a