L’Hôpital du Valais licencie deux anesthésistes

Santé Nouveaux départs après les démissions de Vincent Bettschart et Daniel Fishman

Deux anesthésistes de l’Hôpital du Valais ont été licenciés hier. Selon la porte-parole de l’institution, Florence Renggli, c’est une «rupture du climat de confiance» qui est à l’origine de cette décision, a-t-elle expliqué au Matin. Ces départs interviennent quelques semaines après les démissions de Vincent Bettschart, chef du service de chirurgie de l’Hôpital du Valais, et de Daniel Fishman, chef du service des urgences. Le rapport de l’expert belge mandaté par l’Etat du Valais, publié il y a quelques semaines, serait à l’origine de cette décision. «Ses recommandations nous demandaient d’améliorer la qualité de la chaîne de soins, notamment avec une réorganisation de l’anesthésie. C’est dans cette optique que la direction et le conseil d’administration ont pris cette décision», explique Florence Renggli au Matin.

Sur les ondes de la RTS, le président du PDC suisse, Christophe Darbellay, en a appelé à la démission de Charles Kleiber, président du conseil d’administration de l’hôpital. «A terme, il faudra envisager un changement de tête», a-t-il déclaré en fustigeant l’absence de communication de l’institution dans cette période de crise. «Il y a visiblement une gangrène qui ronge l’Hôpital, une guerre de clans à laquelle il convient de mettre fin», a-t-il poursuivi. Il y a environ deux ans, l’entier du conseil d’administration avait pourtant déjà donné sa démission et plusieurs cadres avaient été licenciés. «Le calme n’est revenu que brièvement après l’entrée en fonction de Charles Kleiber», a déclaré Christophe Darbellay au Temps.

Si le rapport de l’expert, Jean-Jacques Houben, donne largement raison aux voix qui critiquaient les pratiques de Vincent Bettschart, il ne contient pourtant aucune recommandation de licenciement. Il met en évidence les tensions qui existent entre les chirurgiens et les anesthésistes.