Rail 

L’horaire 2020 des TGV met Vaud et Berne en colère 

Les CFF et Lyria ont présenté les horaires 2020. Au programme: déploiement «révolutionnaire» du Léman Express, limitation du TGV Genève-Marseille à l’été et circulation de la moitié des TGV Lausanne-Paris via Genève, ce qui ulcère le gouvernement vaudois

Très attendu, l’horaire CFF 2020 prévoit de nombreux changements dès le 15 décembre prochain. Les liaisons en direction de la France et de l’Italie seront considérablement modifiées, ont annoncé mardi Alain Barbey, directeur régional CFF en Suisse romande, et Mario Werren, directeur de Lémanis.

TGV Lyria, qui gère les liaisons à grande vitesse entre la Suisse et la France, a réduit sa flotte mais opté pour des rames à deux étages, équipées du wi-fi et offrant une capacité plus grande (500 places contre 350). Le nombre de places augmentera ainsi «de 30% entre la Suisse et Paris», selon Lyria, mais certaines liaisons seront moins fréquentes ou disparaîtront.

TGV et Cisalpino

Le TGV Genève-Paris via Bellegarde est le grand gagnant de l’opération. Huit allers-retours sont prévus, soit trois trains de plus qu’aujourd’hui. Ces trois liaisons supplémentaires partiront de ou arriveront à Lausanne. Le chef-lieu vaudois aura donc une connexion de plus vers Paris. Cependant, la ligne TGV directe Lausanne-Paris via Vallorbe est ramenée à trois correspondances par jour au lieu de quatre (ou cinq selon les jours) actuellement. Ces trois TGV directs accueilleront les passagers en provenance de Neuchâtel par train régional en gare de Frasne.

Lire aussi: Bras de fer autour du TGV franco-suisse

La décision d’abandonner une course Lausanne-Paris par Vallorbe est toujours contestée par le gouvernement vaudois, qui demande le maintien du statu quo: «La ligne Genève-Lausanne est la plus saturée d’Europe, selon une récente déclaration d’un haut responsable des CFF. Elle doit être réservée au trafic national, en particulier pour répondre aux besoins des pendulaires. Nous n’acceptons pas qu’on y ajoute des TGV, alors que des trains ont déjà été supprimés pour permettre la réalisation des chantiers Léman 2030», réagit Mehdi-Stéphane Prin, responsable de la communication du Département vaudois des infrastructures, dirigé par Nuria Gorrite.

Il rappelle également l’existence d’une convention entre la Suisse et la France qui implique que la première participe financièrement au développement des infrastructures ferroviaires du côté français, tandis que la seconde s’engage à maintenir l’offre.

Lire aussi: Le litige autour de TGV Lyria sera arbitré à Berne

La ligne TGV Genève-Marseille ne sera en fonction quant à elle plus que l’été, du 4 juillet au 30 août. Les usagers sont invités à changer à Lyon en dehors de ces dates. La liaison quotidienne directe Berne-Paris ne figure plus à l’horaire. Le canton de Berne déplore sa suppression de cette liaison «très importante, en particulier pour le tourisme». Les passagers alémaniques désirant se rendre à Paris devront changer de train à Bâle, la cité rhénane restant connectée à Paris par six allers-retours quotidiens. Les autorités bernoises demandent le maintien des lignes au départ de Bâle sans prolonger le temps de trajet pour les personnes qui partent de Berne et que soit réexaminée la possibilité de liaisons TGV directes entre Interlaken, Berne et Paris.

Les quatre trains à destination de Milan, dont un est prolongé jusqu’à Venise, voient leur capacité doubler, «particulièrement le week-end». Si l’on ajoute les correspondances en gare de Brigue pour d’autres trains, ce sont ainsi sept liaisons quotidiennes qui sont disponibles vers la capitale lombarde.

La révolution du Léman Express

Le grand chamboulement de l’horaire 2020 sera cependant la mise en place du Léman Express, qui circulera dès le 15 décembre sur l’intégralité de son parcours. «Une révolution» pour le bassin franco-valdo-genevois, insiste Alain Barbey. Plus de 80% des habitants de la ville de Genève auront ainsi au maximum un kilomètre et demi à parcourir pour atteindre une gare du réseau.

Celui-ci sera dense: quatre nouvelles lignes verront le jour au départ de Coppet en direction d’Evian-les-Bains, Annecy, Saint-Gervais et Annemasse. Les axes Genève-La Plaine et Genève-Bellegarde seront renforcés par des rames supplémentaires, offrant ainsi davantage de places assises.

Lire également: Les CFF misent de plus en plus sur le commerce de proximité

Chaque heure, un train du Léman Express reliera Annemasse au Chablais, via Vevey et Saint-Maurice. La nouvelle flotte «Léman», composée de rames françaises Régiolis et suisses Flirt, sera équipée des «dernières technologies afin de répondre aux besoins des pendulaires». Des demandes d’homologation sont encore en cours pour faire circuler ces trains d’un côté et de l’autre de la frontière. L’objectif est d’encourager les pendulaires à utiliser le train dans la région lémanique et jusqu’à Annecy, espèrent les CFF.

Les horaires seront mis en consultation entre le 29 mai et le 16 juin. Des remarques peuvent être déposées jusqu’à cette date. Ils seront ensuite publiés le 4 octobre. Les tarifs du Léman Express et ses horaires seront définitifs à cette date. Il est d’ores et déjà annoncé qu’un abonnement général doit permettre d’aller jusqu’à Annemasse.

Et ailleurs

Le Valais doit encore attendre un peu pour voir toutes les rames à deux étages circuler sur son territoire. Dans l’Arc jurassien, la ligne Bienne-Delle-Belfort TGV a été mise en service en décembre dernier. Dans le canton de Fribourg, la gare de Givisiez permet une desserte du chef-lieu tous les quarts d’heure.

Lire aussi: Transports: Lausanne s’estime encore trop loin de Berne

Les CFF planchent aussi sur le remplacement des bus en soirée entre Nyon et Genève par des trains. Les quais du Mandement – Vernier et Meyrin – seront aussi rallongés afin de permettre la circulation des trains en unité double.

Publicité