GENEVE

La libérale Monique Bauer-Lagier s'est éteinte

Figure atypique au sein de son parti, elle siégea au Conseil des Etats jusqu'en 1987.

La libérale Monique BauerLagier était considérée par certains comme une avant-gardiste au sein de son parti. Elue au Grand Conseil genevois en 1973, «elle défendait ses propres idées», affirme le libéral Renaud Gautier.

Militante antinucléaire, première présidente de l'Aide suisse contre le Sida, fervente partisane du congé parental, Monique Bauer-Lagier était une libérale atypique, proche des écologistes. «Elle était sensible aux autres, et à l'environnement», souligne Renaud Gautier. Dimanche, à l'âge de 83 ans, Monique Bauer-Lagier s'est éteinte, après une longue maladie.

Elue au Conseil national en 1975, puis au Conseil des Etats en 1979 et 1983, Monique Bauer-Lagier fut une des premières femmes à faire carrière au niveau fédéral. Mais elle a toujours eu du mal à se couler dans le moule partisan. A l'issue de son troisième mandat sous la Coupole fédérale, la rupture fut prononcée entre le Parti libéral et Monique Bauer-Lagier. A sa retraite, elle a continué à s'engager dans diverses œuvres, comme Pain pour le prochain et l'Aide suisse contre le Sida.

Publicité