Même ses défenseurs n'y croyaient guère. Et pourtant. Le jeune homme, impliqué dans la tragique course-poursuite de Perly où trois jeunes ont péri carbonisés, a obtenu vendredi sa mise en liberté provisoire. La Chambre d'accusation a fixé une caution de 20000 francs pour s'assurer que ce Français, âgé de 22 ans, ne s'aviserait plus de fuir la justice.

C'était un jour d'octobre 2007, lorsque le destin des occupants d'une Renault a croisé celui du prévenu et de son Alfa Romeo nouvellement acquise. Dans la première, quatre jeunes dont un conducteur, sans permis, qui a bu, fumé des joints et qui aime visiblement faire la course sur le bitume. Dans le deuxième véhicule, l'inculpé qui affirme avoir voulu prendre ses distances et fuir ceux qu'il considérait comme des harceleurs.

Au lieu de s'arrêter, de bifurquer ou de laisser passer, l'intéressé a appuyé sur le champignon, battu des records de vitesse dans des localités, dépassé à contresens, bref, violé toutes les règles de la circulation. Il n'a jamais été rattrapé par la Renault. Arrivé dans une courbe, le conducteur de l'Alfa a freiné, c'est alors que ses poursuivants sont partis dans une mortelle embardée. Seul l'un des occupants a miraculeusement survécu à l'accident.

Après avoir appelé les secours, le conducteur de l'Alfa a préféré quitter les lieux et ne jamais répondre à l'appel à témoins ou aux convocations ultérieures. Domicilié en France voisine, il a finalement été arrêté au mois de mars. et inculpé d'homicide par négligence, puis d'omission de prêter secours. De l'avis de ses avocats, Me Yaël Hayat et François Canonica, il a déjà cher payé cette désertion et sa détention préventive ne se justifie plus.

«Je regrette énormément ce qui s'est passé. Je n'ai jamais souhaité ce drame. Je regrette aussi de ne pas m'être présenté à la police. Je n'ai pas eu le courage», a expliqué le prévenu à l'adresse des juges tout en assurant qu'il avait désormais la volonté d'assumer et d'avancer dans la vie.

L'enquête se poursuit. Une expertise technique est encore en cours. De leur côté, les parties civiles ont demandé une inculpation pour meurtre par dol éventuel. C'est un conducteur désormais libre qui attendra cette sévère éventualité.