Un oui à l’«Initiative de limitation» de la libre circulation des personnes le 27 septembre remettrait en cause les six accords bilatéraux en vertu de la clause guillotine qui les lie. Parmi eux, l’accord sur la recherche, qui a souffert de l’acceptation le 9 février 2014 de l’initiative «Contre l’immigration de masse». Si le monde académique et de la recherche avait sous-estimé le rendez-vous il y a six ans, il se mobilise cette fois. L’UDC dénonce leur argumentation basée sur la peur et parle d’«un chantage inacceptable».

A ce sujet: Le vote du 27 septembre sur l’initiative de l’UDC, un test crucial pour la voie bilatérale