Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans les rues de Neuchâtel, mars 2017.
© LAURENT GILLIERON

Elections neuchâteloises

La libre circulation n'a pas la cote chez les candidats de la droite 

Les candidats PLR au Grand Conseil seraient favorables, tout comme ceux de l’UDC, à une initiative favorisant la préférence indigène, selon les données de Smartvote analysée pour «Le Temps»

Et si, après le Tessin, Neuchâtel devenait un berceau de la préférence indigène sur le marché du travail? Les candidats de la droite aux élections cantonales de dimanche y sont en tout cas largement favorables, ainsi qu’il ressort des données Smartvote analysées pour Le Temps.

Les candidats de l’UDC y sont favorables de manière homogène, à 100%, dans toutes les régions du canton. Mais la surprise vient des candidats du PLR, qui tendent eux aussi au protectionnisme: ils diraient majoritairement oui à une initiative neuchâteloise du type «Prima i nostri», quelle que soit leur région. Favoriser la préférence indigène en matière d’embauche, est une bonne idée pour 59,6% des candidats du PLR au total, soit 61,7% sur le Littoral et 57,1% dans les Montagnes, le Val-de-Travers et le Val-de-Ruz.

Ces résultats ne manqueront pas d’intéresser le PLR suisse, au moment ou le débat sur la libre circulation s’est ouvert dans cette formation politique, à la suite de la prise de position critique du conseiller national genevois Benoît Genecand.

Quand le clivage Haut-Bas l’emporte sur le réflexe gauche-droite

Dans le canton de Neuchâtel, la préférence indigène séduit aussi une partie de la gauche, puisque les candidats POP des Montagnes la soutiennent à 52,4%, au contraire de ceux du reste du canton, décompte Léo Benmenni, de Smartvote. A l’inverse, ce sont les candidats Verts du Littoral qui approuvent cette idée, à 56,8%, tandis que les écologistes des autres régions s’y opposent. Le Parti socialiste reste le principal bastion de la libre circulation sur le territoire neuchâtelois: ses candidats rejettent une initiative pour la préférence indigène dans toutes les régions.

Les données recueillies par Smartvote permettent aussi de mettre en évidence les sujets pour lesquels le clivage entre le Haut et le Bas l’emporte sur le clivage politique gauche-droite. Tel est bien sûr le cas du projet d’hôpital cantonal unique, refusé par le peuple le 12 février dernier. Les candidats du PLR disent avoir voté oui à une forte majorité, sauf ceux des Montagnes, où seul un sur deux l’a approuvé. A l’UDC, seuls les candidats Littoral ont voté oui. Au PS comme chez les Verts, les candidats du Littoral et des vallées ont dit oui, alors que ceux du Haut ont voté contre.

Lire aussi: Neuchâtel se déchire pour ses hôpitaux

Le nouvel Hôtel judiciaire divise aussi…

Le clivage régional se retrouve pour le projet de construction du nouvel Hôtel judiciaire de La Chaux-de-Fonds. Les aspirants députés PLR et UDC du Littoral sont fortement contre, alors que les représentants de ces mêmes partis dans le Haut soutiennent le projet à plus de 85%. Les candidats de la gauche sont tous pour, mais plus fortement dans les Montagnes.

Les candidats du Haut, tous partis confondus, se déclarent fortement opposés à l’idée d’une circonscription unique pour le Grand Conseil, au lieu des six districts actuels. Sans doute craignent-ils que leur région soit moins bien représentée ensuite au parlement cantonal. Sur le Littoral, tant les candidats PS que les candidats PLR verraient cette réforme d’un bon œil.

… ainsi que le statut des religions

Le thème de la reconnaissance publique ou non des communautés religieuses est également marqué par l’appartenance régionale. Les candidats du Littoral se disent prêts à supprimer le lien entre les Eglises et l’Etat, à la genevoise, alors que ceux des Montagnes résistent.

La question des transports réunit tout le monde. Quelques années après le rejet du projet Transrun, la plupart des candidats font d’une liaison rapide de transport public entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds une priorité de la prochaine législature.

A ce propos: Neuchâtel ouvre le grand débat des centralisations

Clivages sur le «canton unique de l’Arc jurassien»

Enfin, l’idée d’un canton unique de l’Arc jurassien oppose certains groupes politiques tout en divisant d’autres à l’interne. Les membres du PS sont fortement pour, ceux de l’UDC et du POP fortement contre. Au PLR, on remarque le soutien (53,6%) des candidats des Montagnes, alors que ceux des autres régions tiennent aux frontières actuelles. Chez les Verts, ce sont ceux des vallées qui se distinguent de leurs collègues de parti en plaidant pour le statu quo à 63,6%.

Smartvote a adressé son questionnaire aux 495 candidats au Grand Conseil neuchâtelois pour l’élection du 2 avril: 367 l’ont renvoyé rempli, soit un taux de réponse de 74%.


Quatre candidats sur dix font partie de l’«élite»

Smartvote a analysé pour Le Temps le profil socio-professionnel des 495 candidats aux élections de dimanche

La classe politique est-elle encore représentative de la population? Alors que les critiques contre les élites sont d’actualité, les données de Smartvote analysées par Le Temps donnent des éléments de réponse à cette question, dans le contexte des élections neuchâteloises qui se tiennent ce dimanche. Sur les 495 candidats se présentant au Grand Conseil, 209 (42,2%) font partie de l’«élite».

Profil socio-professionnel analysé

Le statut social de cette élite est défini par Smartvote en se basant sur le profil socio-professionnel des candidats: formation, métier actuel, position au sein d’une entreprise ou d’une institution. La fortune n’est pas prise en compte, les données n’étant pas disponibles.

Parmi les candidats de l’élite, les secteurs les plus représentés sont ceux de l’ingénierie et de la recherche (25,4%), de la gestion et de la direction (20,6%) et le domaine juridique (18,7%).

Lire aussi: Profession, observateurs des élites suisses

Neuchâtel est le district où les élites sont le mieux représentées parmi les candidats (48,4%). L’autre extrême se trouve dans le district du Locle, où le pourcentage ne dépasse pas 25%. Au sein des partis, le PLR apparaît comme le plus élitaire (60% de ses candidats), devant les Vert’libéraux (58%), les Verts et le PS (41% chacun), le PDC (36%), l’UDC (23%), Solidarités (18%) et le POP (16%). 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a