Voilà qui ressemble à une opération séduction. Johann Schneider-Ammann, en visite mercredi à Bruxelles, a dû plaider la cause de la Suisse dans sa décision de rétablir les contingents à l’immigration pour huit pays de l’UE, décision qui passe décidément mal. Le ministre se veut optimiste. «Grâce aux informations complémentaires qui ont motivé le Conseil fédéral à rétablir la clause de sauvegarde, notre position sera mieux comprise», a-t-il déclaré devant la presse, relate l’ATS. Le Bernois a reconnu que le gouvernement n’avait peut-être pas sufisamment bien informé ses partenaires européens.