Faute de développement nouveau, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a renoncé à son point de presse quotidien mardi. Deux Suisses sont toujours détenus à Tripoli et les efforts diplomatiques pour sortir de la crise se poursuivent. «Ils ne sont pas au point mort, mais les échanges diplomatiques requièrent un certain temps», confie son porte-parole, Jean-Philippe Jeannerat. Un déplacement en Libye du président de la Confédération, Pascal Couchepin, n'est pas planifié.

De son côté, la Libye a déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Suisse. «Du fait des mesures arbitraires, du non-respect et de l'humiliation infligés par les autorités suisses aux citoyens arabes et libyens, le ministère déconseille aux citoyens de la Grande Jamahirya de se rendre en Suisse pour éviter de faire face à de telles mesures arbitraires», a indiqué le Ministère des affaires étrangères sur son site internet.

Le DFAE ne commente pas cette déclaration. On rappellera cependant que, depuis mercredi dernier, il recommande aux Suisses de ne pas se rendre en Libye sauf en cas d'urgence.

Les visiteurs libyens restent marginaux dans les statistiques de Suisse Tourisme et leurs avoirs (6,5 milliards de francs) ne représentent que 0,24% des dépôts totaux. Quant aux vols de Swiss, ils restent suspendus. Celui de jeudi est supprimé. «Pour dimanche, nous déciderons en fonction de l'évolution de la situation politique et diplomatique», déclare son porte-parole, Jean-Claude Donzel, à l'ATS.