La Libye concrétise ses menaces à l’encontre de la Suisse: le nouveau chargé d’affaires suisses à Tripoli n’a, depuis des semaines, toujours pas pu entrer sur territoire libyen et plus de 5 milliards de francs d’avoirs libyens ont été retirés des comptes helvétiques.

Les avoirs libyens en Suisse ont passé de 5,748 milliards de francs à 628 millions de francs en 2008, selon la publication annuelle de la Banque nationale suisse (BNS) «Les banques en Suisse». Ainsi, pas moins de 89% des actifs de la Libye ont disparu des comptes helvétiques l’an passé.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n’a pas été officiellement averti de ce retrait, selon ses dires. «Aucune indication détaillée ne nous est parvenue à ce sujet», a assuré dimanche à l’ATS son porte-parole, Georg Farago.

»Une perte de cette envergure n’a toutefois guère de répercussions économiques», a relativisé M.Farago. La fortune libyenne ne constitue que 0,3% de l’argent en provenance de l’étranger placé dans les établissements bancaires suisses. Nouvelle salve

La Suisse doit également faire face à une nouvelle salve contre sa diplomatie: depuis plusieurs semaines, Berne n’a plus de haut représentant en poste à Tripoli, l’ambassade suisse se trouvant pour ainsi dire à l’abandon.

»A l’heure actuelle, seul un diplomate est accrédité sur les lieux», a précisé le porte-parole du DFAE. Le département de Micheline Calmy-Rey s’est refusé à donner le nom de son nouveau représentant à Tripoli, tant que celui-ci se trouvera dans l’impossibilité de gagner son poste.

L’ancien ambassadeur suisse à Tripoli, Daniel von Muralt, avait pris sa retraite en début d’année, en pleine crise diplomatique entre la Suisse et la Libye.

Suite à l’arrestation d’Hannibal Kadhafi, fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, et de sa femme Aline par la police genevoise en juillet 2008, les relations entre les deux pays sont tendues. Deux citoyens suisses sont retenus depuis juillet dernier en Libye, avec interdiction de quitter le territoire.

En avril 2009, le couple Kadhafi a déposé une plainte civile contre l’Etat de Genève. Il juge avoir été traité de manière disproportionnée lors de cette arrestation survenue suite à une plainte pour maltraitance de deux des employés du couple. L’ interpellation d’Hannibal et de sa femme avait mobilisé une vingtaine de policiers genevois.