Le parlement du Liechtenstein ne veut pas supprimer le droit de veto du prince lors de votations populaires. Il a rejeté mercredi par 18 voix contre 7 l’initiative populaire en ce sens. Les citoyens de la Principauté se prononceront en principe le 1er juillet.

L’initiative «Oui - pour que ta voix compte» exige que le peuple du Liechtenstein ait réellement le dernier mot en cas de votation. Actuellement, le prince dispose d’un droit de veto, même lors de scrutins populaires. L’initiative prévoit qu’il ne le garderait que lors des décisions parlementaires non soumises aux citoyens. Le maison princière rejette l’initiative. Le prince héritier Aloïs avait déclaré en mars que la famille se retirerait de la vie politique en cas d’acceptation de l’initiative par le peuple.

Le système politique actuel, comprenant le droit de veto du prince, a été confirmé en mars 2003 par deux tiers des Liechtensteinois lors d’une votation populaire sur la nouvelle Constitution. A l’époque, le prince Hans-Adam II avait menacé de quitter le petit pays à destination de Vienne, si les citoyens refusaient ce texte. (ATS)