Pour éviter les confusions entre Conférence TransJurassienne (CTJ) et CTJ-Suisse, la branche helvétique s'est dotée d'une nouvelle appellation beaucoup plus claire: Arcjurassien.ch. Il s'agit d'un organisme intercantonal, alors que la CTJ est une association de coopération transfrontalière. Ce changement d'appellation ne modifie pas fondamentalement les objectifs de promotion de l'Arc jurassien, mais ce nom permet une meilleure visibilité. «Dans le contexte politico-économique actuel, pour être fort avec nos partenaires, il faut d'abord être fort entre nous», a déclaré hier à Yverdon le Vaudois Pascal Broulis, président d'Arcjurassien.ch.

Accompagné de ses homologues conseillers d'Etat, Bernard Soguel (NE), Michel Probst (JU) et Philippe Perrenoud (BE), Pascal Broulis a rappelé les buts de la nouvelle entité. «Nous avons pour mission de promouvoir la concertation à l'échelle régionale, via notamment la mise sur pied d'une plate-forme destinée à l'ensemble des partenaires, que ce soit des collectivités publiques, des réseaux, des milieux économiques ou associatifs»

S'il est difficile de savoir concrètement ce que pourront en retirer les partenaires, l'autre volet de promotion est beaucoup plus explicite. Arcjurassien.ch gère le programme de cohésion économique et sociale de l'Union européenne pour la région. «Nous soutenons par exemple des projets transjurassiens de collaboration technique. Le logo Arcjurassien.ch apposé au bas d'un projet doit permettre d'attirer des financements privés.» Pour cela, la Confédération a alloué 10millions de francs jusqu'en 2013.