très haute tension

La ligne électrique entre Chippis et Chamoson, en Valais, ne devra pas être enterrée

Encore un désaveu fédéral pour le Valais. Une ligne à très haute tension pourra rester aérienne. Le Tribunal fédéral a confirmé qu’un enfouissement partiel ou total pour des raisons techniques ou de coût n’est pas opportun

Après le Tribunal administratif fédéral, le Tribunal fédéral a rejeté les recours ontre la ligne à très haute tension (THT) de 27,5 kilomètres prévue entre Chamoson et Chippis. Les juges de Mon Repos estiment qu’un câblage souterrain total ou partiel est disproportionné.

«La pondération des intérêts fait pencher en faveur d’une ligne aérienne», indique le TF. Aucun projet concret de câblage ne figure au dossier. Or de telles variantes auraient dû être étudiées au stade de la procédure d’approbation des plans, ajoutent les juges.

Pesée des intérêts

Les juges lausannois admettent néanmoins que les installations mises en câble sont, grâce aux progrès techniques, devenues plus performantes, plus fiables et moins coûteuses. L’enfouissement ne devrait plus être limité à des cas exceptionnels.

Mais le câblage souterrain pour protéger un objet paysager doit faire l’objet d’une pesée globale des intérêts dans chaque cas. En l’espèce, la pesée des intérêts tient compte correctement de la préservation du paysage, de la faisabilité technique et des coûts, précise le TF.

L’autorisation donnée en 2010 par l’Office fédéral de l’énergie à la construction d’une ligne THT aérienne entre Chamoson et Chippis avait provoqué plusieurs oppositions, dont celle de la commune de Salins et de la bourgeoisie de Sion. En août dernier, le Tribunal administratif fédéral avait partiellement rejeté ces recours.

Liaison internationale

La ligne doit passer sur la rive gauche du Rhône à flanc de coteau. Elle permettra de supprimer 53 kilomètres de lignes électriques existantes. Les opposants craignent un impact paysager important avec un faisceau de lignes électriques perché sur des pylônes d’une centaine de mètres de hauteur.

Cette ligne doit permettre la liaison vers l’est et une connexion au réseau international. Un projet de ligne THT est également en cours d’étude entre Ulrichen et Mörel, toujours en Valais, qui devra rejoindre le tronçon Chamoson - Chippis. Actuellement, le Valais est connecté au réseau THT international par la ligne entre Chamoson et Genève.

Jugement 1C_487/2012 du 13 mai 2013

Publicité