Une étape de plus a été franchie dans l'affaire du prédicateur haineux de la mosquée An'Nur de Winterthour, dans le canton de Zurich. L'homme a été expulsé dans son pays, la Somalie, a annoncé le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) à l'agence de presse Keystone-ATS.

Les autorités somaliennes l'ont reconnu comme citoyen somalien et ont accepté son rapatriement, a précisé vendredi le SEM. Cette étape a été précédée d'efforts intenses pour déterminer sa nationalité.

L'homme n'ayant pas de documents de voyage valides et n'ayant pas coopéré aux entretiens menés par le SEM, il a été nécessaire de faire des investigations. La Suisse le suspectait d'être éthiopien, mais il s'est finalement avéré qu'il était somalien.  

Incitation à la haine

En novembre 2017, le tribunal de district de Winterthour a condamné le jeune homme, alors âgé de 25 ans, à 18 mois de prison avec sursis pour provocation publique au crime ou à la violence et de multiples représentations de la violence. La peine était assortie d'une expulsion du territoire suisse pendant dix ans.

Lire aussi: L'imam de la mosquée de Winterthour arrêté pour appel au meurtre

Le jugement a été confirmé en appel par le tribunal cantonal zurichois en novembre 2018. En parallèle, la demande d'asile de l'ex-prédicateur a été rejetée par le Secrétariat d'Etat aux migrations en août 2017.

Après sa condamnation en première instance, l'imam était incarcéré en vue de son expulsion. Sa détention ayant été suspendue à la fin février 2018, l'homme a disparu dans la nature. Arrêté quelque temps plus tard en Allemagne, il a été ramené en Suisse et placé une nouvelle fois en détention dans l'attente de son expulsion.

Mosquée fermée

La mosquée An'Nur, qui a été fermée, a fait plusieurs fois les gros titres de la presse, notamment en lien avec des voyageurs du djihad. L'affaire a en outre été fortement médiatisée par le conseiller d'Etat zurichois Mario Fehr (PS), chef du département de la sécurité du canton.

Lire aussi: «S’il vous plaît! Ils tuent mon ami à la mosquée de Winterthour»

Peu avant les élections cantonales de mars, le socialiste avait vivement critiqué la ministre suisse de la justice Karin Keller-Sutter et le SEM. Il reprochait notamment aux autorités helvétiques de n'avoir pas mis assez de pression sur l'Ethiopie.

Interrogé par Keystone-ATS, le porte-parole du SEM ne veut pas donner d'autres informations. Il constate toutefois que l'expulsion de l'imam a abouti grâce à l'excellente coopération avec la police cantonale zurichoise.