Genève

L’impétueux Antonio Hodgers, le surf et le Conseil fédéral

Le président du Conseil d’Etat genevois a fait sensation cette semaine en déclarant qu’il ne fermait pas la porte à une candidature au Conseil fédéral. Judicieux, dans un canton en proie à des difficultés notoires? Portrait d’un franc-tireur, susceptible à ses heures

Il trouve souvent que la presse en fait trop, Antonio Hodgers. Et reconnaissons-lui qu’il n’a pas toujours tort. Aussi, lorsque les médias se sont empressés d’analyser cette semaine ses déclarations quant à une éventuelle candidature de sa part au Conseil fédéral a-t-il opéré une des pirouettes dont il a le secret, et qui a pour but de déstabiliser l’adversaire de circonstance: «L’expression «sorti du bois» relève de l’interprétation journalistique particulière de la RTS mais n’est pas la mienne, souligne le président du Conseil d’Etat genevois. Je fais juste preuve de transparence sur les discussions avec mon parti, sans dimension offensive. J’ai simplement dit que la question se posait et que je ne fermais pas la porte.» Intéressé, donc, mais sans empressement.

Après la poussée verte aux élections fédérales, l’heure est à l’optimisme, aux stratégies, aux songes aussi. Les Verts sont en pleine réflexion pour savoir s’ils veulent tenter une OPA hostile sur un conseiller fédéral, ou s’il vaut mieux attendre une heure plus favorable. Rien n’est encore défini, mais la direction du parti écologiste fait le tour des chaumières pour voir qui pourrait être papable pour le cas où elle lancerait l’assaut.