Voulez-vous des billets de bus meilleur marché? C’était en substance la question posée aux Genevois par une initiative de l’Avivo, soutenue par la gauche dure et le MCG (LT du 07.01.2013). Et le peuple a approuvé, à 55,9%, ce texte qui annule la hausse de fin 2011, transfère au parlement la compétence de fixer les tarifs et introduit des bourdes: un billet journalier valable une heure seulement ou encore un abonnement renchéri pour les jeunes de 18 à 25 ans.

Les autorités vont négocier avec les partenaires des TPG pour tenter d’éviter l’explosion de la communauté tarifaire. Les initiants jugent que la baisse stimulera la fréquentation, ce qui compensera un manque à gagner que les autorités, elles, évaluent à 24 millions, soit le prix de deux lignes de trolleybus. Ira-t-on vers une compensation via une subvention étatique renforcée, malgré la crise budgétaire actuelle? L’autre option serait une baisse des prestations. A nouveau affaiblie par ce scrutin, la ministre des Transports, Michèle Künzler, promet une reprise en main de la direction des TPG à laquelle elle reproche un «flottement», des statistiques évanescentes et une mauvaise communication.