Vaud

L’indépendant Toto Morand confirme son potentiel

Le candidat du Parti de Rien fait un bon score. Il veut faire un état des lieux de ses sympathisants, avant de se prononcer sur une éventuelle suite de son mouvement

Avec un score de presque 10%, le candidat indépendant Toto Morand a confirmé son potentiel. En misant sur une campagne atypique et focalisée sur les réseaux sociaux, sa formation Parti de Rien, a réussi à convaincre des électeurs de tout bord. Se considérant comme le défenseur des petits commerçants et des agriculteurs, Toto Morand a fait plus de 11% dans les districts de Morges, de Gros-de-Vaud et de Lausanne: «J’aurais pu obtenir plus de voix, s’il n’y avait pas eu d’apparentements», dit-il, bière à la main et entouré de son équipe de campagne dans une ruelle de la Cité.

Jusqu’au premier tour, on m’avait pris pour un rigolo, aujourd’hui on me prend au sérieux

Interrogé sur l’avenir de son mouvement, le charismatique entrepreneur d’Epalinges répond: «Jusqu’au premier tour, on m’avait pris pour un rigolo, aujourd’hui on me prend au sérieux. On est parti sur une bonne dynamique, maintenant il nous faut faire l’état des lieux de nos sympathisants.»

Lire aussi: Même élargie, la droite vaudoise reste impuissante

Une sorte de «parti light»

Celui qui dit pouvoir s’entendre avec tout le monde et s’engager en politique par conviction doit encore prouver que son mouvement puisse exister en dehors de campagnes très personnalisées. Avec différentes pétitions, Toto Morand s’est engagé dans le passé pour des causes sur les plans cantonal et communal. N’ayant pas de députés au Grand Conseil, le Parti de Rien devra d’abord fonder une bonne base: «Il faut moins de professionnels de la politique. C’est pourquoi nous proposons une voie médiane, une sorte de «parti light.» Avant d’annoncer une probable suite et concrétisation de son mouvement, le quinquagénaire part en vacances pour quelques jours.

Publicité