Seules 15% des personnes ayant voté «oui» ont émis des critiques concrètes concernant les musulmans vivant en Suisse, indiquent les résultats de l’analyse VOX effectuée après la votation du 29 novembre et publiés lundi par l’Université de Berne. Pour ses auteurs, cela signifie qu’il n’est pas possible d’interpréter l’ensemble du vote comme un rejet général des musulmans.

D’autant plus que 64% de tous les votants ont déclaré être totalement ou assez convaincus que les modes de vie des Suisses et des musulmans font bon ménage. En glissant un «oui» dans l’urne, les partisans entendaient donc avant tout émettre un signal symbolique contre l’extension de l’islam en Suisse.

Du point de vue de l’appartenance politique des votants, il ressort de l’analyse VOX qu’environ 80% des électeurs de gauche ont rejeté l’initiative et qu’à peu près autant de l’UDC l’ont acceptée. Ce sont donc les sympathisants des partis du centre PDC et PLR qui ont fait pencher la balance en votant «oui», alors que leurs partis recommandaient le «non».