Politique

L'initiative contre les rentes à vie des magistrats a récolté près de 8000 signatures à Genève

Le texte lancé par les Vert’libéraux demande la mise en place d’une rente annuelle après la fin de leur mandat au maximum pour une durée de 24 mois. Même si cette réforme devait être acceptée, Pierre Maudet ne sera pas concerné par ce changement législatif

L’initiative législative des Vert’libéraux genevois réclamant l’abolition des rentes à vie des conseillers d’Etat a fait carton plein. Lundi, les représentants de la formation politique ont déposé 7785 signatures au service des votations et des élections.

A Genève, pour aboutir, une initiative législative cantonale doit récolter 5227 signatures valables. Le président des Vert’libéraux genevois Alexandre Peyraud s’est montré satisfait, devant les médias, de disposer de ce matelas de plus de 2000 signatures. «Nous sommes fiers de cette initiative».

Lire notre éditorial: Le dernier bastion de la rente à vie

Son collègue de parti, Marc Wuarin, a pour sa part souligné la prouesse de récolter autant de paraphes alors que les Vert’libéraux, qui sont une formation mineure à Genève pour l’instant, sont partis seuls dans cette aventure. A ses yeux, c’est la preuve que l’initiative répond à une demande de la population.

Ce n’est pas une initiative anti-Maudet

Même si les Vert’libéraux n’ont pas reçu de soutien officiel d’autres partis, beaucoup de membres et de sympathisants d’autres organisations politiques ont recueilli des signatures en faveur de leur texte, a noté Alexandre Peyraud. Lors de la récolte sur les stands, le nom du conseiller d’Etat Pierre Maudet a en outre souvent été prononcé.

Il ne s’agit toutefois pas d’une initiative anti-Maudet, a répété Alexandre Peyraud. Le conseiller d’Etat PLR fait l’objet d’une enquête pénale pour acceptation d’un avantage. La justice genevoise avait ouvert une procédure après un voyage à Abu Dhabi, où il était accompagné de membres de sa famille et de son ancien bras droit.

La question de la rente à vie touchée par les anciens membres du Conseil d’Etat genevois a refait surface en marge de cette affaire. Pierre Maudet fera partie des bénéficiaires de cette politique. Il a effectué, depuis fin juin, les huit ans obligatoires au sein du gouvernement qui lui permettent de percevoir cette rente viagère.

Lire aussi: Retraite des élus: vers la fin des «privilèges»

Une rente maximale de 24 mois

L’initiative des Vert’libéraux vise à mettre sur pied d’égalité les anciens conseillers d’Etat et le reste de la population, en prévoyant la mise en place d’une rente annuelle après la fin de leur mandat au maximum pour une durée de 24 mois, comme une personne qui se retrouverait au chômage.

Cette initiative législative devra être formulée par le Grand Conseil, puis adoptée si elle trouve une majorité. Un projet de loi assez semblable, qui vise aussi à l’abolition des rentes viagères des magistrats, est à l’étude actuellement au Parlement. Il pourrait faire double emploi par rapport à l’initiative des Vert’libéraux.

Publicité