scrutin

L'initiative sur le mitage n'a pas mobilisé

L’initiative des Jeunes Verts a été balayée par 63,7% des voix au plan national, avec une participation de 37%. Seules quelques villes romandes acceptent. Le Conseil fédéral promet de veiller au grain avec la nouvelle loi

Les Suisses ont rejeté l'initiative populaire des Jeunes Verts contre le mitage du territoire à hauteur de 63,7% au niveau national. Le non atteint 78% en Valais, 75% à Nidwald et Obwald, 73% à Schwytz, et 71% dans les Grisons. La participation a été de 37% en moyenne nationale.

Les premiers résultats partiels vont tous dans le même sens. A Genève, le «non» l'emporte par 52,68% après dépouillement de 95% des voix. Vaud balaierait le texte à plus de 60%.

Notre analyse de ce vote:  Les Suisses refusent de geler leur territoire


Initiative sur le mitage: les résultats romands

  • Genève refuse la proposition à 52% des voix.
  • Fribourg: non à 63%.
  • Jura: non à 61%.
  • Neuchâtel: non à 53%.
  • Valais: non à 78%.
  • Vaud: non à 62%.

Des villes romandes acceptent le texte

Contre l'avis de leur cantons, plusieurs villes romandes acceptent la proposition des Jeunes Verts. C'est le cas de Lausanne, Fribourg, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

Les résultats partiels du canton de Zurich donnent un résultat négatif à environ 64%. Dans ce cas, c'est une surprise, car le canton faisait figure de cas modèle à propos du débat sur la multiplication des constructions.

A ce propos: Zurich et le mitage: une histoire mouvementée


Quelques-uns de nos articles


■ Simonetta Sommaruga: l'épée de Damoclès de la nouvelle loi

Simonetta Sommaruga, qui vient de reprendre le dicastère de Doris Leuthard – dont la gestion du territoire – s'est engagée à continuer à appliquer strictement la loi sur l'aménagement du territoire.

Selon elle, le résultat n'est pas une défaite pour la protection du paysage. Une nette majorité de la population partage les soucis des initiants, les votants ont juste refusé les instruments proposés par l'initiative.

La population fait confiance aux autorités pour mieux prendre en compte la nature et le paysage, a salué la conseillère fédérale. Avec la loi sur l'aménagement du territoire acceptée par le peuple en 2013, tous les cantons doivent faire approuver un nouveau plan directeur par le Conseil fédéral. Sans accord d'ici à fin avril, la surface des zones à bâtir sera gelée à l'échelle cantonale, a rappelé la ministre.

■ Kevin Morisod, des Jeunes Verts: ce n'est pas une campagne manquée

Pour le coprésident des Jeunes Verts Kevin Morisod, il est trop tôt pour parler d'une «campagne manquée». Les discussions autour de l'initiative vont nourrir la discussion sur la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire, précise le jeune vert.

L'initiative contre le mitage aura toutefois eu trop d'opposants pour s'imposer, regrette-t-il dans une interview à la RTS. Il y a eu une «large alliance contre cette initiative» qui n'était dotée que d'un petit budget de campagne.

■ Jacques Bourgeois: «Pas d'arrêt sur image»

Il est clair que les Suisses veulent lutter contre le mitage du territoire pour maintenir la qualité de vie dans le pays, souligne le conseiller national Jacques Bourgeois, directeur de l'Union suisse des paysans (USP).

L'initiative était pourtant «trop extrême, trop radicale» et le peuple s'en est bien rendu compte, analyse le Fribourgeois. Elle aurait figé le développement économique du pays. «On ne peut pas faire un arrêt sur image».

D'autant plus que la population est encore appelée à croître dans le futur. Les bases légales existent déjà, précise-t-il, ce qu'il attend désormais c'est qu'elles soient mises en œuvre. Les instruments sont notamment déjà en place pour la densification et il faut continuer leur mise en application.

■ Réaction des villes: construire vers l'intérieur

Dans un communiqué, l'Union des villes suisses est soulagée du refus net de l'initiative contre le mitage. «Pour un développement durable du bâti vers l'intérieur dans les villes et les agglomérations, le droit en vigueur doit être appliqué de manière conséquente.

Le parlement est également invité à lutter contre l'étalement urbain en adoptant, lors de la deuxième étape de la révision de la Loi sur l'aménagement du territoire, une réglementation claire de la construction en dehors des zones à bâtir. Il est désormais d'autant plus important que le développement de l'habitat vers l'intérieur soit mis en œuvre de manière conséquente avec les instruments existants.»

Ambiance dans les stamms ce dimanche: Chez les Jeunes Verts, la défaite joyeuse


Une cote en chute libre

Le refus du texte des Jeunes Verts n'est pas une surprise. D'abord favorables au texte, les sondages ont tourné à son désavantage au fil de la campagne. Les opposants ont convaincu que la révision de la loi sur l'aménagement du territoire votée en 2013 suffisait pour contrer le mitage et qu'il ne fallait pas entraver une mise en œuvre compliquée. Ils ont aussi agité le spectre d'une hausse des loyers.

La gauche et des associations environnementales ont argué en vain qu'il était urgent de protéger les terres agricoles et d'en finir avec l'étalement urbain. Seule une minorité de votants ont cru qu'un gel des terrains à bâtir couplé à l'encouragement de quartiers durables en agglomération améliorerait la qualité de vie.


A propos des votes de ce dimanche

Publicité