Sion

L'initiative valaisanne contre le voile à l'école déclarée irrecevable

L'UDC qui est à l'origine de l'initiative a quitté le débat au Grand Conseil et a annoncé qu'elle saisira le Tribunal fédéral

Le Grand Conseil valaisan a déclaré vendredi l'initiative de l'UDC contre le voile à l'école irrecevable car anticonstitutionnelle. Les députés UDC haut-valaisans ont quitté les travées avant même le début des débats. Ils ont ainsi exprimé leur exaspération face à la position défavorable à l'initiative affirmée par la majorité des députés mercredi déjà, lors de l'entrée en matière.

Deux opinions divergentes: Faut-il interdire le voile à l’école?

«Vous piétinez la démocratie et la volonté exprimée par plus de 4000 citoyens» a lancé Michael Graber. Et le député de citer des paroles du roi Frédéric-Auguste III de Saxe que l'on peut traduire par «faites vos saletés tout seul», avant de quitter la salle avec son groupe.

Durant les débats qui ont suivi, les députés de gauche comme de droite ont insisté sur le fait que l'initiative populaire «pour des élèves tête nue dans les écoles publiques valaisannes» n'est pas conforme à la constitution. Il n'y a «aucun intérêt public à légiférer sur le port de n'importe quels couvre-chefs», a souligné Thierry Largey (Verts).

Base légale réclamée

L'UDC du Valais romand et quelques voix divergentes des autres partis de droite ont défendu l'initiative, en vain. Après avoir rejeté la demande de l'UDC de voter par bulletins secrets, le plenum a voté l'irrecevabilité par 93 voix contre 24 et 4 abstentions.

Les députés de l'UDC du Valais romand ont alors quitté à leur tour la salle avant le vote final, durant lequel le Parlement a refusé le texte par 90 voix contre 8 et 2 abstentions. L'UDC avait annoncé mercredi déjà par communiqué qu'elle déposerait un recours au Tribunal fédéral si son initiative était jugée irrecevable.

S'ils ont rejeté le texte de l'UDC, les groupes politiques ont toutefois réclamé un débat de fond et une base légale conforme à la constitution sur le port du voile à l'école. Le conseiller d'Etat Christophe Darbellay s'est engagé à proposer l'an prochain un texte pragmatique, conforme à l'intérêt public et à la proportionnalité. «Je trouve que le Parlement a fait preuve aujourd'hui d'un courage exceptionnel», a-t-il déclaré.

Lire également: Port du voile à l’école: une course électorale entre PDC et UDC

Publicité