Sondage

L’initiative des Verts décline mais reste dans la course

Selon le dernier sondage «SRG Trend», l’initiative AVSplus sera rejetée le 25 septembre. L’initiative «Pour une économie verte» aussi mais une surprise n’est pas impossible. La loi sur le renseignement devrait passer la rampe, même si l’approbation décline

Si le sondage SRG Trend publié ce mercredi se confirme, les votations du 25 septembre ne présenteront pas de surprises: les initiatives «pour une économie verte» et AVSplus sont en déclin et devraient être rejetées. Déclin aussi pour la loi sur le renseignement, mais elle devrait passer la rampe.

Lire aussi l'éditorial : L’économie verte doit s’appuyer sur l’innovation

Attention cependant à l’initiative des Verts «pour une économie verte». Si la votation avait eu lieu le 5 septembre, l’initiative des Verts aurait été approuvée par 51% des voix. En ce qui concerne les initiatives, la tendance veut que le taux d’approbation décline à l’approche du scrutin. Au final et par extrapolation, le texte serait ainsi rejeté par 52 à 54% des votants, selon l’institut gfs.bern, qui a réalisé le sondage. Mais la prudence reste de mise. Car si le déclin est marqué en Suisse alémanique, les régions francophone et italophone affichent une tendance contraire. Intéressant de constater que les jeunes et les femmes sont plus convaincus. L’électorat PDC pourrait aussi contredire ses organes dirigeants et soutenir le texte favorable à l’environnement. L’institut gfs.bern reste donc très prudent et conclut que l’initiative est encore «potentiellement capable de recueillir une majorité».

Dans le camp des Verts, le conseiller national vaudois Daniel Brélaz pense que l’initiative de son parti peut «passer à la raclette». Et pour lui, la majorité cantonale n’est pas un écueil. «Les initiatives à caractère social ont de la peine à obtenir cette double majorité. Par contre, historiquement, on constate que les initiatives environnementales ont davantage de chances», analyse l’ancien syndic de Lausanne, qui pense notamment à l’initiative sur les résidences secondaires. Et de guetter le verdict des urnes avec impatience. «Au début de la campagne, nos adversaires nous prédisaient un résultat ne dépassant pas les 30%. Or, nous sommes largement au-dessus», constate Daniel Brélaz. Et même si l’initiative est rejetée, le débat aura été utile parce qu’il montre que la population est soucieuse de l’environnement, estime-t-il. Bien plus que ce que ne pensent les partis bourgeois et les milieux économiques. «Ce qui les retiendrait de lancer un référendum contre la stratégie énergétique», conclut-il.  

AVSplus prend l’eau

L’initiative des syndicats réclamant une hausse de 10% des rentes AVS devrait par contre être clairement rejetée. Elle perd du terrain par rapport au premier sondage et devrait être refusée par plus de 60% des votants. Même les citoyens de plus de 65 ans ne sont pas convaincus. Là aussi, on constate un Röstigraben entre la Suisse alémanique, plus que sceptique, et la Suisse romande, qui penche pour le oui. Au niveau des partis par contre, les fronts sont nets. AVSplus est soutenue par l’électorat de gauche tandis que celui des partis bourgeois est fidèle au mot d’ordre.

Mais les initiants ne baissent pas les bras. «Nous espérons un résultat qui dépasse au moins les 40%», déclare le conseiller national Jacques-André Maire (PS/NE). Dès le lendemain du vote en effet, le parlement empoigne le projet Prévoyance vieillesse 2020, qui entend réformer les 1er et 2e piliers afin d’assurer le financement futur des rentes. «Avec une droite prête à diminuer les rentes et à augmenter l’âge de la retraite en introduisant un mécanisme automatique, nous avons besoin que notre initiative s’en sorte le mieux possible afin de peser sur les débats et de faire en sorte que le centre droit reste au centre», espère l’élu socialiste.

Petit oui à la loi sur le renseignement?

Enfin, la loi fédérale sur le renseignement recueille toujours une majorité de oui. Avec un bémol: le taux d’approbation, estimé à 53%, s’érode, et le nombre d’indécis augmente. C’est-à-dire que la bataille électorale a dérouté une partie des personnes qui étaient favorables au projet en début de campagne de votation, analyse gfs.bern. Les opposants craignent une atteinte à la sphère privée et une surveillance excessive.

Le sondage SRG Trend sur les votations du 25 septembre, réalisé par l’institut de recherche gfs.bern, se base sur les réponses de 1415 citoyens. Il a été réalisé entre le 31 août et le 8 septembre.

Publicité