Introduit dimanche, le nouvel horaire des CFF a bien résisté à l’afflux de pendulaires lundi, outre quelques retards çà et là. Seule véritable ombre au tableau, les trains ne circulaient plus lundi après-midi sur une partie de la nouvelle ligne RER Bulle- Fribourg.

Le système contrôlant la signalisation a cessé de fonctionner en milieu d’après-midi, a indiqué à l’ats le responsable de la communication des Transports publics fribourgois Martial Meisseiller. Le problème se situe sur le tronçon Bulle-Romont. Les usagers doivent se rabattre sur la liaison en bus qui prévalait avant la mise en place du RER.

Cette panne tombe mal pour le nouveau RER, un jour après sa mise en service, souligne M. Meisseiller. Lundi soir, les techniciens étaient à pied d’oeuvre pour remédier à la situation.

Le problème est survenu malgré de nombreux tests réalisés en amont, indique M. Meisseiller. Le passage des simulations à la réalité fait toutefois toujours surgir des problèmes inattendus, a-t- il poursuivi.

CFF globalement satisfaits

De manière générale toutefois, les CFF se disent «très satisfaits», comme l’a indiqué à l’ats le porte-parole Christian Ginsig. «L’horaire est stable», malgré quelques perturbations résiduelles.

Certains trains du RER bernois ont ainsi connu des retards de quelques minutes. Dans la région zurichoise, les panneaux d’affichage des gares ne donnaient pas les bonnes informations pour la ligne S16.

De leur côté, les Transports publics genevois (TPG) se sont aussi dit satisfaits lundi du fonctionnement de leur réseau, entièrement réorganisé. «Le bilan est globalement positif», a indiqué le porte- parole de la régie autonome Philippe Anhorn.

La mise en place de trois lignes de tram indépendantes les unes des autres a pu montrer son efficacité. «Nous avons vu qu’en cas d’accident impliquant un tram, seule une ligne était perturbée, et non pas deux ou trois comme c’était le cas avec le système précédent», explique M. Anhorn.

Premières amendes

Autre changement de taille depuis dimanche, il n’est désormais plus possible d’acheter un billet à bord des trains grandes lignes. Quiconque voyage dans un convoi sans titre de transport risque de devoir payer un supplément de 90 francs.

Les premiers cas ont été signalés dimanche déjà, ainsi que lundi, a indiqué le porte-parole de CFF. Il s’agissait en partie de voyageurs étrangers n’ayant pas été informés du nouveau système. «Des suppléments ont parfois été réclamés», souligne M. Ginsig. Un premier bilan de ces nouvelles amendes sera possible d’ici la fin de la semaine.

Actes de vandalisme

Des actes de vandalisme ont été commis dans la nuit de dimanche à lundi pour protester contre le durcissement des sanctions contre les resquilleurs. Des automates à billets ont été sabotés et rendus inutilisables. Ces actes ont été revendiqués par un collectif qui estime que ce sont surtout les personnes défavorisées qui sont touchées.

Seuls quatre automates ont été visés à Morges (VD), selon Frédéric Revaz, porte-parole des CFF, interrogé par l’ats. Ils ont été réparés durant la matinée. Le montant des dégâts n’est pas encore établi. Dans de telles situations, les CFF portent systématiquement plainte contre inconnu, a précisé M. Revaz.