Il est le seul à prendre encore la parole avant que le tribunal ne se retire pour délibérer sur l’affaire la plus sensible qu’a connue Genève ces dernières années. Pierre Maudet s’adresse à la présidente: «En tant que prévenu, j’aimerais vous remercier de votre écoute. J’ai trouvé durant ces quatre jours l’opportunité de m’exprimer. En tant qu’homme, je ne renie pas ma faute, je regrette et j’assume pleinement ma responsabilité face à ceux que j’ai blessés et touchés. Je réitère mes excuses. Enfin, en tant que conseiller d’Etat, je réaffirme que la parole que j’ai donnée aux Genevois a toujours été en direction du service et de l’ouverture de la République que je sers fièrement comme magistrat depuis quatorze ans. J’ai dit.»

Déboulonnage

Le ministre et ses quatre coprévenus seront fixés sur leur sort lundi. Tous ont plaidé leur acquittement. Pour Me Grégoire Mangeat, «il n’y a rien d’insolite dans cette invitation officielle au Grand Prix d’Abu Dhabi». L’avocat du conseiller d’Etat estime qu’aucun élément ne permet de retenir que le magistrat a accepté un avantage indu en lien avec l’accomplissement de sa tâche, ni qu’il s’est représenté les conséquences possibles d’un tel acte.