développement

L’irrésistible attrait du campus lausannois

Pour justifier la construction d'un nouveau site, la RTS évoque le rapprochement avec les hautes écoles comme un facteur d'innovation majeur 

Le grand projet de la RTS sur le campus lausannois se dressera à proximité immédiate du Learning Center, à mi-chemin entre l’EPFL et l’université. Il est signé par les architectes belges Kersten Geers et David Van Severen, dont la proposition a été retenue à l’automne 2014 à l’issue d’un concours.

Sa première présentation publique a eu lieu quelques mois plus tard, à un moment qui n’était pas forcément le plus opportun pour afficher les ambitions de pierre de l’audiovisuel public, tant le contexte était déjà marqué par les votations à venir sur la redevance et sa perception.

Lire aussi: Genève prend très mal le départ programmé de la RTS

Ouverture reportée

Le complexe est destiné à la radio, à une partie des activités TV et aux cars de reportage. Son ouverture, prévue d’abord pour 2019, est désormais envisagée pour 2024. Confirmé au début de cette année, le délai de réalisation a été expliqué par le plafonnement du budget de la SSR, qui résulte de la baisse de la redevance en 2019 et d’une érosion des revenus publicitaires.

Après avoir mené entre 2005 et 2010 dans la Tour de Genève «le plus grand chantier de désamiantage de Suisse», pour 50 millions de francs, la SSR veut donc construire à neuf à Lausanne. A ceux qui s’en étonnent, Gilles Marchand assurait en 2015 que cette solution était au fond économique. Il faudrait sinon rénover le site de La Sallaz, louer des locaux provisoires le temps des travaux. La perspective d’ouvrir à Lausanne un nouveau studio grand public de 400 places permet de maintenir en exploitation dans l’intervalle le Studio 4 de Genève, qui ne répond plus aux normes incendie.

Collaboration à l'étude

L’investissement pour le campus RTS était évalué il y a trois ans à un montant de près de 100 millions de francs. L’opération ne serait pas possible sans le rachat par l’Etat de Vaud du bâtiment de La Sallaz, un édifice «historique» inauguré en 1935 sur les hauts de Lausanne, près de quarante ans avant la tour genevoise du boulevard Carl-Vogt. Le canton de Vaud a convenu du rachat pour la somme de 55 millions, avec l’intention d’y regrouper le Département de la formation et de la jeunesse (DFJ) et celui des finances (DFIN). Le solde du coût sera à la charge du service public, sur une période de cinquante ans.

Mais le projet n’est pas qu’une nouvelle construction. Les hautes écoles et la RTS évoquent leur rapprochement comme un facteur d’innovation majeur. Des collaborations concrètes sont à l’étude, par exemple dans l’exploitation commune des archives audiovisuelles ou le développement de contenus pour l’enseignement à distance.

Publicité