L’annonce faite par l’Italie dans la nuit de vendredi à samedi a pris tous ses voisins au dépourvu: la Péninsule compte rouvrir ses frontières aux citoyens de l’espace Schengen le 3 juin déjà. La semaine dernière, un accord a été passé entre la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche et la France (sans l’Italie) pour une réouverture coordonnée des points de passage le 15 juin. Cette date doit encore être confirmée, surtout en ce qui concerne la France, car elle dépend de l’état de la pandémie dans les différents pays. Le Conseil fédéral en reparlera le 27 mai.

Lire aussi: La question délicate d’une réouverture des frontières

La décision de l’Italie a bousculé cet agenda. Depuis le week-end, les téléphones crépitent entre les capitales des Etats limitrophes. Des contacts ont été entrepris aux échelons administratif – du côté suisse, le secrétaire d’Etat aux migrations (SEM), Mario Gattiker, a entamé les pourparlers lundi – et ministériel. La cheffe du Département fédéral de justice et police, Karin Keller-Sutter, a prévu de s’entretenir si possible ce mardi avec la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, pour clarifier la situation.

Pas de quarantaine

La décision du gouvernement de Giuseppe Conte a été prise de manière autonome. La semaine dernière, Karin Keller-Sutter avait jugé prématuré le rétablissement du libre passage avec l’Italie et insisté sur la nécessité d’une action coordonnée. Porte-parole du SEM, Daniel Bach confirme: «Dans la mesure du possible, il est souhaitable d’opter pour une procédure coordonnée et harmonisée avec tous les pays voisins. Il ne faut pas oublier que le Tessin serait très touché par la réouverture de la frontière sud», déclare-t-il.

Un rapprochement des positions est ainsi en cours de négociation. Quelle que soit la date de réouverture, la perspective de se rendre de nouveau en Italie semble s’éclaircir pour les résidents suisses. Mais les conditions de leur retour doivent encore être définies. Responsable du dossier Covid-19 à l’Office fédéral de la santé publique, Daniel Koch a déclaré lundi qu’il serait à son sens «exagéré» d’imposer une quarantaine aux résidents suisses qui reviennent d’Italie après être allés faire des achats à Milan. Mais, même si le nombre de nouvelles infections s’est abaissé à dix entre dimanche et lundi, la vigilance restera de mise.