Réinventer la mobilité

L’arrivée d’acteurs comme Uber et Tesla incite à repenser la mobilité. Comment combiner les différents modes de transport? Qu’apporte la numérisation? Dans quelles infrastructures investir? Le Forum des 100 organisé par «Le Temps» le 24 mai prochain porte sur ces questions. Comme la série d’articles publiés en amont de l’événement.

Programme et inscription: www.forumdes100.ch


Vincent Pellissier est ingénieur cantonal et chef du Service de la mobilité du canton du Valais. Il est, depuis le début de 2017, client Green Class. Green Class, c'est l'offre de mobilité porte à porte que les CFF ont mise sur pied en collaboration avec BMW. Elle combine un abonnement général de première classe avec une voiture BMW i3 100% électrique équipée de sa borne de recharge ou un vélo électrique, un abonnement P+R, l'accès aux voitures de location Mobility et au PubliBike. Tout ça pour 12 200 francs par année, soit un peu plus de 1000 francs par mois. Pour la première phase test, 2500 personnes ont manifesté leur intérêt, 140 ont été retenues.

Lire aussi: La concurrence fait pression sur les prix des CFF

Vincent Pellissier est l'un de ces clients. Le Temps l'a suivi toute une journée. Son constat: «Comme utilisateur, c'est extraordinaire, surtout pour quelqu'un qui, comme moi, parcourt 20 000 kilomètres sur la route chaque année et autant dans les transports publics. Et l'on connaît en amont le coût global de sa mobilité», explique-t-il (voir vidéo ci-dessous). Flexible, l'offre Green Class combine cependant plusieurs prestations dont on n'a pas forcément l'usage. «On paie pour des services qui ne sont pas forcément nécessaires», relativise-t-il, avant de conclure: «Ce serait bien de pouvoir composer son menu». 

Son appel a été entendu. Les CFF ont publié vendredi les modalités révisées de Green Class. En partenariat avec BMW, mais aussi avec Alphabet, Alpiq, Swisscharge, Yourmile, Mobility, PubliBike et Allianz, ce sésame de mobilité globale se décline désormais en deux versions: Premium et Comfort. Le mode Comfort englobe l'AG de deuxième classe, une BMW i3 «récente» (au maximum 20 000 kilomètres au compteur et deux ans d'ancienneté), un accès aux parkings des gares, aux voitures Mobility, aux vélos en libre service, la vignette autoroutière, une couverture d'assurance, une gamme de pneus d'été et d'hiver et des possibilités de recharge en déplacement. Cela pour 910 à 1040 francs par mois selon la durée du contrat. Cela représente entre 10 920 et 12 480 francs par an.

Entre 10 920 et 15 720 francs par an

Dans la formule Premium, l'AG de première classe et une BMW i3 neuve personnalisable sont compris, et des crédits plus généreux pour le P+R, la location de vélos ainsi que dix bons de réduction pour des courses en taxi complètent la panoplie de la version Comfort. Le coût est de 1180 à 1310 francs par mois selon la durée du contrat. Soit 14 160 à 15 720 francs par année. Les CFF annoncent par ailleurs que de nouvelles voitures électriques seront proposées au cours de l'été. Un pendulaire jurassien faisant partie de l'échantillonnage test de 2017 salue une autre amélioration apportée à la formule Green Class. L'an dernier, seul le titulaire de l'abonnement pouvait utiliser la voiture électrique. Elle occupait ainsi une place de stationnement toute la journée, entre son départ au travail et son retour en soirée. Désormais, cet utilisateur peut laisser une autre personne profiter du véhicule électrique pendant qu'il se déplace en train. «C'est nettement plus rationnel», témoigne-t-il.

Lire: Les CFF se lancent dans la mobilité de luxe

Le projet pilote a été analysé par une équipe de chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Les résultats de leur enquête confirment le besoin d'une mobilité combinant différents moyens de locomotion, publics et privés. Ils confirment l'analyse faite par Vincent Pellissier. Les clients pilotes disent avoir utilisé davantage le train (+11%) et la voiture électrique au lieu d'une voiture fonctionnant à l'essence ou au diesel (-39%). Cela a pour conséquence de réduire leur empreinte carbone de 20%, ce qui correspond à 1,5 tonne de CO2 par année. Les CFF annoncent que 70% des clients de la phase test ont prolongé leur contrat d'une année et que le taux de satisfaction est de 8,3 points sur 10.

Développé par une start-up de Berlin

Les comportements des clients pilotes ont été enregistrés et répertoriés grâce à une application nommée DailyTracks CFF, développée par une start-up de Berlin, MotionTag. Grâce à cet outil, les personnes qui ont participé à la phase test ont pu être suivies du début à la fin de leurs trajets. «Les CFF ont ainsi pu obtenir des données multimodales sur les habitudes de déplacement des sondés, qui ont ensuite été analysées par l'EPFZ», explique Fabien Sauthier, un jeune Valaisan qui a étudié à Lausanne et à Saint-Gall avant de partir travailler à Berlin pour cette start-up. Celle-ci avait déjà obtenu un mandat de CarPostal pour le développement d'une application d'identification d'entrée et de sortie d'un véhicule de transports publics. Ce mandat a été interrompu en 2017.

Vincent Pellissier, pour revenir à lui, n'est pas seulement client de Green Class, il est aussi ingénieur cantonal. Coiffé de cette autre casquette, il fait un constat plus nuancé. Il relève que Green Class a pour effet global de réduire la facture de sa propre mobilité, ce qui la rend plus attractive et risque d'attirer sur des infrastructures déjà saturées une clientèle toujours plus nombreuse.