Si les nombreuses multinationales implantées dans le canton offrent aux futurs expatriés les services de sociétés de relocations, mandatées par les entreprises pour loger les collaborateurs et faciliter leur implantation, beaucoup de travailleurs étrangers sont démunis sur le marché du logement. Quelques conseils.

Quand et comment s’y prendre?

■ Le plus tôt possible: au minimum six mois avant l’installation.

■ Il est indispensable d’être présent sur place durant la phase de prospection. Ne pas hésiter à louer un logement temporaire le cas échéant.

■ Il est conseillé à l’expatrié de nouer des contacts avec d’autres travailleurs étrangers déjà installés.

■ Demander conseils à son entreprise si celle-ci ne fournit pas les services d’une société de relocation à ses futurs expatriés.

■ Déterminer ses besoins et ses envies en matière de logement.

■ Elargir la zone de recherche au canton de Vaud et à la France voisine.

Quelles sont les bases de données à consulter?

■ La presse quotidienne et spécialisée.

■ Se procurer la liste complète des gérances immobilières à Genève.

■ Les annonces papiers et en ligne: immoStreet, immoscout, geneveimmobilier, ghi, homegate.

■ Livres pratiques. «Travailler et vivre en Suisse», disponible en plusieurs langues.

■ Les réseaux sociaux. Peut-être le meilleur moyen d’entrer en contact avec la nombreuse communauté d’expatriés implantée à Genève et sur l’arc lémanique.

– Facebook, LinkedIn. Plusieurs groupes de travailleurs étrangers à Genève y sont répertoriés selon la nationalité.

– Le site glocals.com compte quelques milliers d’inscrits. Il constitue ainsi la plus importante plateforme dédiée aux expatriés. Accès facile à la rubrique Offre/Demande de logement régulièrement mis à jour. Permet d’avoir accès aux offres qui ne sont pas répertoriées dans les régies immobilières ou dans la presse. Les expatriés ne vivent généralement qu’entre 3 et 5 ans à Genève. La fluidité du marché de la location est de la sous-location est donc bien réelle.

■ Les clubs d’expatriés. Permet d’optimiser le réseautage. La majeure partie des clubs organisent mensuellement des rencontres entre demandeurs et personnes offrant un appartement.

■ Les sites internet spécialisés: expatwire, expat-reloc, easyexpat, expatriates, expatinch. Ces sites sont les plus consultés et constituent la Bible pour tous travailleurs étrangers. Tous les aspects relatifs à l’implantation à Genève sont développés. La thématique du logement y est privilégiée. Les offres d’appartements vacants (vente et location) y sont abondantes et ne sont généralement pas répertoriées auprès des régies immobilières.

■ Les forums de discussion en ligne: msn, yahoo ont des services de chat réservés aux expatriés.

L’Etat de Genève aide-t-il les expatriés à trouver un logement?

■ Non. La promotion économique de Genève a pour but de veiller à mettre en relation l’entreprise et la société de relocation. Celle-ci s’occupe ensuite de trouver les logements.

Les sociétés de relocations font-elles du conseil pour les particuliers?

■ Les sociétés de relocations sont mandatées par les entreprises et les multinationales, mais sur demande d’un particulier, elles peuvent être amenées à fournir un service privé.

■ La Swiss Association of Relocation Agents répertorie la vingtaine d’antennes existantes dans le canton de Genève. Les plus importantes sont Network Relocation, Active Relocation, Auris Relocation ou Primacy.

■ Deux mois de recherches sont généralement nécessaires avant de trouver un logement.

■ Comptez 2000 francs pour bénéficier des services d’une entreprise de relocation.