Votations

La loi sur les jeux d'argent convainc surtout Romands et Tessinois

Selon le premier sondage SSR de l’institut gfs.bern, la nouvelle loi sur les jeux d’argent l’emporterait de peu dans les urnes. L’initiative «Monnaie pleine» ne séduit pas la population

Si les deux projets de loi soumis à votation le 10 juin l’avaient été dès le 21 avril, projette le sondage SSR gfs.bern, la nouvelle loi sur les jeux d’argent aurait été acceptée à une mince majorité. Environ 52% des sondés sont en effet «absolument ou plutôt pour», contre 39% «absolument ou plutôt contre». 9% «ne sait pas». Ce résultat provient d’un échantillonnage de 1200 personnes et comprend une fourchette d’incertitude d’environ 3%.

Ces informations doivent être prises avec des pincettes, puisque le «stade de formation de l’opinion» n’est encore que de «bas-moyen». En outre, précise l’institut, ces chiffres produisent un «instantané sans visée pronostique, la campagne électorale n’étant qu’à ses débuts».

A propos de la campagne: Votation: trois millions pour gagner sur les jeux d’argent

Suisses alémaniques plus opposés que Romands

La controverse autour du verrouillage des sites de jeux étrangers semble avoir plus d’impact en Suisse alémanique qu’en Suisse latine, commente gfs.bern. Les sondés «absolument contre» représentent en effet 25% de l’échantillon suisse germanophone alors qu’ils ne sont que 16% en Suisse romande et 15% au Tessin. Globalement, Romands et Tessinois soutiennent la loi à 63% et 62%. Les Alémaniques ne sont que 49% à trouver l’objet satisfaisant.

Le sondage fait par ailleurs état d’un «conflit de générations». Selon le document, l’opposition des sections juniors des partis se retrouve en effet dans les intentions de vote des électeurs les plus jeunes.

Notre grand débat: Bataille intense pour la conquête des jeux en ligne

PDC et UDC sceptiques

Au niveau partisan, l’institut indique que la polarisation se fait avant tout «selon le degré de confiance vis-à-vis du gouvernement» plutôt que «selon les affiliations aux partis». Socialistes (61%) et PLR (60%) sont ainsi les plus convaincus par la loi, suivis par les Verts (58%). PDC et UDC sont sceptiques, avec tous deux 49% de partisans du oui. En tenant compte des indécis, aucun parti ne dépasse toutefois les 50% de non. Les femmes penchent par ailleurs plus majoritairement vers le oui (54%) que les hommes (50%).

En ce qui concerne l’argumentaire déployé dans la campagne, gfs.bern considère que les partisans du non «conservent encore un certain potentiel résiduel.» Les blocages d’internet sur les jeux en ligne constituent toutefois «le seul argument efficace des opposants», met en garde l’institut.

Pas d’engouement pour «Monnaie pleine»

Seuls 35% des sondés se déclarent en faveur de l’initiative «Monnaie pleine», qui ne déchaîne pas les passions. L’état de formation de l’opinion est encore bas, sauf au PLR, qui rejette la proposition citoyenne à 81%. Les recommandations de vote des partis nationaux sont unanimement défavorables, indique l’institut, qui considère un potentiel revirement des opinions vers le oui comme «très faible».

Dossier
Jeux d’argent: quelles règles sur internet?

Publicité