commentaire

Loi sur la laïcité de l'État: coup de sifflet, fin du match

OPINION. Par 55,1%, les citoyens ont accepté la loi sur la laïcité de l’Etat, malgré une campagne très engagée de la gauche. Cette dernière semble cependant prête à repartir au combat

Le peuple a toujours le dernier mot. Mais Genève pourrait faire mentir cette conviction helvétique à la faveur du vote sur la laïcité de l’Etat. Mauvaise perdante, la gauche de la gauche promet en effet déjà de repartir au combat, armée de son nouveau projet de loi. Elle tient la bagarre dans les travées parlementaires en plus haute estime que l’armistice sortie des urnes. Tout se passe comme si cette force d’opposition ne travaillait qu’à la reconquête, au mépris des règles du jeu démocratique. L’autisme politique guette.

Lire l’article lié: Les Genevois bénissent la laïcité

Si l’adhésion des Genevois à cette loi n’est pas massive, elle est claire. Le texte sera peut-être même corrigé par la justice, puisque deux recours ont été déposés. Que les tribunaux estiment une disposition inconstitutionnelle et elle sera écartée sans états d’âme. Mais qu’on épargne au citoyen le pénible tableau d’un parlement qui, après déjà deux ans et demi de palabres, plongerait de nouveau dans l’agitation et le psychodrame, si la gauche gouvernementale devait se laisser séduire par la promesse d’une nouvelle offensive.

Lire aussi: A Genève, la gauche s’écharpe sur la laïcité

Certes, cette loi est imparfaite et chacun n’y trouvera pas son compte, qu’elle soit ou non corrigée par la justice. Mais qu’on le déplore ou qu’on s’en félicite, elle est le plus petit dénominateur commun entre les différentes tendances de la République. C’est le message des urnes, il serait bon de l’interpréter comme le coup de sifflet de l’arbitre.

Publicité