«Credit Suisse n'était pas seulement le fleuron du système bancaire helvétique mais également celui du système bancaire mondial. A l’époque, le fait que celui-ci puisse tricher, à travers les agissements d’un de ses employés, me paraissait hautement absurde. Hélas, je me suis trompé.» Ce cri du cœur, l’oligarque russe Vitaly Malkin l’a prononcé en français à l’attention du Tribunal correctionnel de Genève. Le reste a été traduit.

Appelé à déposer au troisième jour du procès de Patrice L., cet ancien gérant vedette de l’établissement jugé pour de colossaux détournements, le mécène et ex-sénateur de la République de Bouriatie a ajouté: «Pour moi, cette banque était Dieu.» Aujourd’hui, Vitaly Malkin en a une vision plus diabolique: «Non seulement je n’ai pas été dédommagé, mais Credit Suisse ne s’est même pas excusé.»

«Honnêteté et intelligence»

C’était le plaignant le plus attendu des débats. Surtout depuis que son ancien associé, le milliardaire géorgien Bidzina Ivanishvili, a fait savoir que des soucis de santé l’empêchaient de quitter sa luxueuse datcha des hauts de Tbilissi. Au milieu des années 2000, tous deux étaient devenus clients de la grande banque après avoir vendu leur entreprise en Russie. C'était sur conseil de l’acquéreur.

A l’époque, c’est un autre gestionnaire qui s’occupait du desk russe. Vitaly Malkin, assisté de Me Christian Lüscher, ajoute: «Toute la structure de mes comptes, qui incluait un trust à Singapour avec un réseau de sociétés offshore, a été proposée et mise en place par Credit Suisse. Même les noms étaient choisis par la banque et ses entités juridiques.» 

Lire aussi: Les magouilles en série de l’ancien gérant de Credit Suisse

L’oligarque se rappelle avoir été présenté au prévenu en 2006. «Personne ne m’a expliqué quelle était son expérience mais j’imaginais qu’une personne qui gère des portefeuilles aussi importants serait un as du private banking.» Le sien était de l'ordre de 600 millions de dollars. Vitaly Malkin ajoute: «Patrice donnait l’impression d’être quelqu’un d’honnête et d’intelligent.» Il le rencontrait plusieurs fois par année. «C’était une relation purement professionnelle. Nous n’étions pas amis. C'est lui qui prenait l’initiative et il me présentait les dirigeants de la banque. Je ne lui ai jamais versé d’argent directement en guise de cadeau.»

Tout cela «pue»

En été 2015, l’oligarque se souvient d’un étrange appel du prévenu qui lui proposait d’acheter des actions Raptor. «J’ai refusé de participer à cette transaction car j’ai trouvé cela un peu douteux. Sa voix paraissait artificielle.» A partir de ce moment, Patrice L., admis en clinique psychiatrique pour une dépression avant d'être arrêté, n’a plus donné aucun signe. «On nous a tenus dans l’ignorance durant des mois et on ne comprenait plus à qui on avait affaire. Cela en dit beaucoup sur la banque. Finalement, une délégation est venue à Monaco pour nous présenter le nouveau manager du desk Russie.» Vitaly Malkin précise que ses avocats ont tout de suite senti le problème et ont dit: «Ça pue.»

Lire également: La guerre sera totale au procès de l’ex-gérant vedette de Credit Suisse

Ce n’est que plus tard que le plaignant a découvert l’ampleur des malversations opérées par le prévenu. Vitaly Malkin confirme, à l’adresse du tribunal, n’avoir jamais autorisé l’achat des actions Meinl, ni la revente au prix fort de certains titres à son ex-associé Bidzina Ivanishvili. Il n’a pas davantage ordonné le transfert de quelque 5 millions depuis les comptes de Top Matrix, la holding de son groupe, sur des comptes inconnus de lui. «La signature apposée à ces ordres ressemble beaucoup à la mienne car on sait désormais que c’est un montage avec un copié-collé.» Quelque 21 millions, provenant des opérations douteuses de Patrice L. pour combler certaines pertes, sont bloqués sur les comptes de l'oligarque.

Combat civil promis

Questionné sur un montant de 1,3 million crédité sur le compte de Top Matrix, Vitaly Malkin a cette réplique: «Je ne m’en souviens pas. Durant la période en question, le mouvement total des transactions passant par ce compte était de 3,5 milliards de dollars. C’était une goutte d’eau dans l’océan des autres transactions. Mais j’ai des doutes car il provient d’une société utilisée pour la couverture de mes dépenses courantes. Il m’est donc difficile d’imaginer un versement dans le sens contraire.»

Vitaly Malkin, qui dit avoir vu fondre environ deux tiers de ses avoirs suite à la crise financière de 2008, pense que les dégâts auraient pu être moindres sans cette gestion exotique. Combien estime-t-il avoir perdu à cause des malversations attribuées au prévenu? Il ne donnera pas de chiffres. «Ce n’est qu’une partie infime des problèmes à régler avec la banque. La totalité sera abordée dans le cadre d’une action civile contre Credit Suisse.»

Amertume russe

Les deux autres plaignants russes, qui ont vu leurs pertes épongées par les tours de passe-passe du prévenu, ne se rappellent plus grand-chose. Et surtout pas des arrivées massives d’argent. Le procureur Yves Bertossa demande au premier : «En voyant votre relevé de compte, avez-vous pensé avoir gagné à l’Euromillions?» L’homme d’affaires ne sait pas trop mais il précise avoir acheté sa villa de Villefranche-sur-Mer, désormais saisie, en empruntant la moitié des 26 millions d’euros nécessaires. Ce plaignant est également sévère à l’égard de la banque: «Credit Suisse a eu une attitude abjecte.»

Pas de double signature

Moment difficile pour le directeur du service juridique de Credit Suisse, envoyé dans l'arène pour représenter la banque. Celui-ci confirme que rien n’a encore été versé «spontanément» aux clients lésés et que l’établissement s’est rendu compte des détournements en septembre 2015. Soit quatre mois avant l’arrestation du gérant félon. L’enquête interne, dit-il, n’a montré aucune complicité au sein des équipes genevoises ou zurichoises.

Sur le contrôle des transferts, le directeur explique que Patrice L. «n’avait pas besoin de faire valider l’opération par une autre personne si l’instruction du client était documentée et signée». Certains de ces ordres étaient des faux mais d’autres n’ont, semble-t-il, même jamais existé. Les systèmes de contrôles ont-ils bien fonctionné dans cette affaire? «Je dirais que oui», répond le représentant de la banque, faisant largement sourire autour de lui.

De même, le directeur du service juridique n'a pas été en mesure de dire si l'arrière-plan économique de ces monstres transactions, impliquant de surcroît un politicien géorgien, avaient été vérifié pour prévenir le blanchiment d'argent. Selon Me Simon Ntah, le défenseur de Patrice L., «une seule question a été posée à ce sujet en huit ans et cela concernait un virement de 60'000 dollars.»

L’audition du supérieur hiérarchique du prévenu, ce jeudi, s’annonce déjà mouvementée.