Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête à la demande de Londres sur des soupçons de corruption entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite dans le cadre d'un contrat entre BAE Systems, la plus importante entreprise britannique d'armement, et les Saoudiens. L'information a été révélée dimanche par le Sunday Times.

Selon l'hebdomadaire, Riyad a menacé de rompre ses relations diplomatiques avec Londres si le gouvernement de Tony Blair ne mettait pas un terme aux poursuites de son office de répression des fraudes. Les investigations mettent en effet en cause des membres de la famille royale saoudienne. L'Arabie saoudite, pourtant un allié clé du Royaume-Uni dans la région, rappelle le Sunday Times, a également menacé de mettre un terme à leur coopération dans la lutte contre Al-Qaida.

Dépenses extravagantes

«Le Ministère public de la Confédération confirme l'exécution de la demande d'entraide britannique dans la présente affaire», a indiqué lundi au Temps le MPC, se refusant à donner des détails supplémentaires sur le contenu de la requête. «L'Office fédéral de la justice nous a délégué ce dossier, nous avons rendu une décision d'entrée en matière et sommes en train de procéder à l'exécution de la demande», a cependant précisé Jeannette Balmer, porte-parole du MPC.

Les autorités britanniques soupçonnent BAE Systems d'avoir constitué une caisse noire qui aurait servi à financer des dépenses extravagantes en faveur de dirigeants saoudiens pour les persuader de continuer à acheter auprès du fabricant d'armes britannique. Ce dernier a contesté avoir commis la moindre illégalité dans cette affaire.

Voitures de grand luxe

Des vacances somptueuses, des appartements ainsi que des voitures de grand luxe auraient ainsi été mis à disposition, affirme l'hebdomadaire. Les Saoudiens ont réagi en septembre dernier après avoir découvert que Londres avait déposé une demande d'entraide judiciaire auprès des autorités helvétiques. Citant une source anonyme, le Sunday Times explique qu'ils auraient été informés par des banques suisses.