Face à son écran et souris en main, il faut avoir l’index endurci pour venir à bout de la lecture de l’ordre du jour du Grand Conseil genevois, et de ses centaines de sujets qui attendent d’être traités. La surcharge chronique du parlement cantonal et le retard qui en découle ne sont pas près de s’atténuer.