Réactions politiques

L’outsider incontournable

Pour nombre de parlementaires, la candidature de Pierre Maudet est une bonne nouvelle. Ils saluent ses compétences et son envergure.

Il était inattendu dans cette course au Conseil fédéral, méconnu en Suisse alémanique, outsider revendiqué. Il est devenu, en un mois, non éliminable. Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet a su emballer la presse alémanique et ses camarades de parti, puisqu’il se retrouve sur le ticket du PLR.

«Sa campagne était einmalig (unique) en Suisse, s’enthousiasme le conseiller national PLR Benoît Genecand, en allemand pour l’occasion. Organisée, solide sur le fond, en rupture.» Pour ce Genevois, le fait que Pierre Maudet ne soit pas exactement sur la même ligne politique que lui n’est pas déterminant:

«J’ai la certitude absolue que Pierre Maudet est fait pour le job. Son dynamisme et son action politique parlent pour lui. On est en train de choisir des candidats qui auront une fonction exigeante, on l’a vu avec Didier Burkhalter qui quitte le poste parce qu’il n’en peut plus. Il faut s’en souvenir à l’heure d’en nommer un autre.»

Lire aussi: Le groupe libéral-radical composte son «tricket»

D’autres PLR, moins diserts par souci de ne pas dévoiler leur préférence, se réjouissent que le parti ait opté pour «une vraie diversité des profils», à l’instar d’Hugues Hiltpold. Le Vaudois Fathi Derder, lui, insiste sur la «grande qualité des trois candidats».

Si ce n’est un secret pour personne qu’à gauche, on préfère Pierre Maudet à Ignazio Cassis, on se garde de le proclamer, par peur de le discréditer aux yeux des libéraux pur jus. Plusieurs socialistes ont donc préféré ne pas réagir à nos questions. Le conseiller national Manuel Tornare a juste confié qu’il était heureux de cette candidature.

Conseiller national PDC et conseiller administratif de la Ville de Genève, Guillaume Barazzone estime pour sa part que Pierre Maudet «a l’étoffe de l’emploi. Ce serait une chance unique pour Genève, qui n’a envoyé que cinq conseillers fédéraux à Berne.»

Envergure des candidats

Mais si on insiste aujourd’hui sur l’envergure des candidats, ce n’est pas le seul critère qui sera déterminant. Lorsqu’on demande à la vice-présidente des Verts et conseillère nationale Lisa Mazzone ce qu’elle pense de Pierre Maudet, elle répond: «Je suis heureuse qu’une femme figure sur le ticket PLR.» Avant d’ajouter que ce n’est qu’à compétences égales et pour autant qu’elle puisse se retrouver sur certaines idées que le critère féminin l’emporterait.

Sans surprise, Pierre Maudet n’emportera pas la voix des UDC, comme celle du conseiller national genevois Yves Nidegger, qui ironise: «S’il s’agissait de repourvoir un siège de conseiller fédéral de gauche, je voterais à l’évidence pour Pierre Maudet.» Reste que si plus grand monde ne doute, aujourd’hui, que le Genevois possède la carrure, de plus en plus se disent que l’outsider n’a pas fini d’étonner.

Lire aussi: Isabelle Moret: «Trois candidats, ce n’est au final pas tant que ça»

Publicité