Comme beaucoup de Tessinois, la conseillère nationale Marina Carobbio (PS/TI) a déjà fait son calcul. «Je gagnerai environ 45 minutes pour me rendre à Berne.» La mise en service du tunnel ferroviaire du Gothard en décembre rapprochera le Tessin, en moyenne, d’une demi-heure du Plateau. En 2020, avec l’ouverture du tunnel du Ceneri, les temps de parcours seront même réduits d’une heure.

Pour quels effets? Une étude publiée par le canton et une analyse faite par Crédit Suisse parviennent aux mêmes conclusions: conçus pour transférer les marchandises de la route au rail, les tunnels du Gothard, puis du Ceneri, vont surtout doper le trafic voyageur. L’étude de Crédit Suisse évoque ainsi la venue à Bellinzone, chef-lieu du Tessin, de 380 000 touristes d’un jour en plus par an, et 315 000 en plus à Lugano. Entre 700 et 1500 nouveaux postes de travail pourraient être créés, à terme, dans le secteur touristique et lié (restauration, culture, etc.), indique l’étude commandée par le canton du Tessin.

Un «retour des Tessinois»

«Je reste prudent, relativise toutefois le conseiller d’Etat tessinois en charge de l’économie, Christian Vitta. Mais il faut être conscient que les choses vont 
changer. Il sera plus facile de mener une activité professionnelle au Tessin. Dans 
le même temps, nous pouvons nous attendre à un retour des Tessinois de l’extérieur.» Vivre à Bellinzone et travailler à Zurich? De telles situations pourraient devenir courantes à l’avenir. A l’intérieur du canton également, les relations pendulaires changeront, avec notamment un trajet raccourci à 10 minutes entre Bellinzone et Lugano dès 2020.

L'importance d'un corridor

La mise en service d’AlpTransit servira aussi l’économie tessinoise. Le conseiller national et entrepreneur Fabio Regazzi (PDC/TI) évoque des occasions dans l’immobilier, la construction et le trafic des marchandises. Avec un bémol toutefois: «Le rail n’est pas idéal pour certains types de marchandises. Le camion restera plus fiable pour de petites quantités à livrer dans des délais courts.» Les deux études nuancent elles aussi les réductions à attendre en termes de trafic poids lourds. La socialiste Marina Carobbio le déplore: «Le but principal doit rester de réduire le nombre de camions transitant à travers les Alpes de 1 million à 650 000 en 2018.» L’étude de Credit Suisse prédit une réduction de 240 000 passages de camions par an, une fois le corridor de 4 mètres de haut réalisé sur l’ensemble de l’axe nord – sud.

Et en matière de politique, peut-on espérer une embellie des relations parfois tumultueuses entre le Tessin et les autres Confédérés grâce au Gothard? Fabio Regazzi le pense. «L’ouverture de ce tunnel ne va pas rapprocher le reste de la Suisse au Tessin uniquement par rapport aux temps de parcours mais également au niveau psychologique.» Le conseiller d’État PLR Christian Vitta fait une appréciation plus nuancée: «On ne peut pas mettre trop d’attentes politiques sur AlpTransit. Cela représentera une nette amélioration, mais pas encore suffisante pour réconcilier la Berne fédérale et le Tessin.»


A ce sujet