L’écologiste Luc Recordon n’est pas réélu au Conseil des Etats et se retire de la politique fédérale. Elu au Conseil national le 18 octobre, il cède sa place à la co-présidente des Verts suisses Adèle Thorens, qui était la première des viennent-ensuite.

Lire aussi : Olivier Français porté par une union sacrée de la droite

Le sénateur sortant s’en va la tête haute, satisfait de sa campagne. «J’aurais tout de même dû montrer un peu plus d’agressivité dans l’entre-deux-tours et répondre de manière plus sèche aux dénigrements d’Olivier Français», admet-il. D’autres voix au PS murmurent pourtant que son arrogance et ses propos acerbes lui auraient fait perdre des votes.

De votes de droite en bloc

Avec un point d’écart, ses résultats sont similaires à ceux du scrutin de 2011. La différence s’est jouée sur les voix de droite qui, cette fois, n’étaient pas divisées. «Notre stratégie était bonne», estime Martial de Montmollin, président des Verts vaudois. «La preuve, les Verts vaudois sont restés stables au Conseil national et nous avons augmenté nos suffrages au Conseil des Etats.»

Amer, Martial de Montmollin juge qu’Olivier Français «défendra moins bien les valeurs vaudoises que ne le faisait Luc Recordon qui avait, de plus, la faculté d’aller chercher des voix dans d’autres partis».

Adèle Thorens à propos de Luc Recordon: «Un geste à son image»

Emue par la décision de son colistier, Adèle Thorens est consciente de «l’immense responsabilité» qui lui revient. «C’est un geste à son image. Il a toujours fait de la politique de manière désintéressée.» L’écologiste travaillera à la chambre basse aux côtés de Daniel Brélaz qu’elle côtoie depuis quinze ans. «Avec Robert Cramer comme seul représentant à la chambre haute, nous serons bien seuls. Nous comptons sur l’élection de Bastien Girod à Zurich!»

Son retrait de la politique fédérale, Luc Recordon y a longuement réfléchi. «Nous sommes deux éléphants d’une soixantaine d’années», dit-il en faisant référence au syndic de Lausanne. «Je ne veux pas faire barrage à une jeune femme pleine de dynamisme qui tire les nouvelles recrues avec elle.» L’avocat a déclaré qu’il allait consacrer plus de temps à son étude, continuer son mandat à la BCV durant deux ans encore et qu’il se représenterait aux élections communales de Jouxtens-Mézery, son fief, qui a voté en majorité PLR, dimanche.