On sait les Lucernois festifs – leur carnaval qui commence ce jeudi est le plus étourdissant de Suisse. On les sait audacieux – leur nouveau centre culturel en fait foi. On a cependant un peu tendance à oublier qu'ils sont aussi avant-gardistes: la réflexion constitutionnelle qu'ils mènent depuis quelques années les pousse à revoir en totalité le mode de fonctionnement de leurs institutions.

Rien n'est tabou: ni l'administration drillée au New Public Management, encore moins le nombre de communes, de députés ou de conseillers d'Etat, voire la fusion de cantons en Suisse centrale. Cette effervescence touche aussi la commune de Lucerne dont les citoyens ont approuvé ce dimanche la nouvelle loi fondamentale par 82,2% des voix.

Parmi différents articles, deux méritent d'être mentionnés. La ville de Lucerne a un parlement de jeunes qui dispose d'une compétence financière. C'était déjà une première. Les électeurs ont accepté de pousser plus loin l'expérience. Désormais, les enfants pourront déposer des postulats au parlement qui devront être traités comme tels par les autorités. Pour les partis, c'est une façon de montrer aux enfants que la politique peut avoir une emprise très concrète sur leur quotidien. Les thèmes que les jeunes parlementaires entendent soumettre à leurs homologues adultes? «Des espaces verts en plus grand nombre, des pistes cyclables et la sécurité à l'école», répondent les intéressés.

L'autre point concerne l'introduction du référendum constructif. C'est au niveau communal une première en Suisse. Il permet de soumettre à votation populaire un article contesté d'une loi, afin de sauver l'ensemble.

Si le souverain communal l'a acceptée, cette disposition a été très discutée au législatif qui a retenu pour finir la version d'un «seul point divergent». Radicaux et démocrates-chrétiens craignaient une confusion parmi l'électorat, penchant plus pour une simplification des droits démocratiques que l'inverse. La gauche faisait valoir au contraire l'aspect «constructif» d'une telle démarche qui permet beaucoup de souplesse. C'est la gauche qui l'emporta donc, alliée avec… l'UDC. Il est vrai que cette mesure devrait favoriser les partis minoritaires.

C. H., Zurich