C’est une contre-manifestation qui fait jaser. Le 14 juin, jour de grève féministe, les femmes UDC romandes organisent un dîner de soutien dont les fonds seront reversés à l’Aide suisse pour la mère et l’enfant (ASME). Le choix de l’association pro-vie, qui aide les femmes en situation de vulnérabilité après une grossesse ou un accouchement, suscite colère et consternation à gauche. Lucie Rochat, présidente de l’Association des femmes UDC romandes, répond aux critiques et défend l’idée d’une alternative à la grève.

Le Temps: Pourquoi ne pas soutenir la grève du 14 juin?